Skip to main content

Développement durable et coût global

 

Le développement durable est un concept passionnant parce qu'il intègre à la fois le mouvement et le respect de ce que l'on mobilise, avec la constante préoccupation d'économiser quotidiennement ce qui ne se renouvelle pas et, dès les choix initiaux, de réfléchir à ce que l'on pourra faire plus tard des matériaux que l'on a mis en œuvre.

 

Cela fait des décennies que des spécialistes vendent du coût global au rabais (par exemple : construction + énergie d'exploitation). C’était toutefois un progrès par rapport au passé. Depuis le même nombre de décennies, mais peu écoutés (ont-ils parlé trop tôt ?), les architectes de l'UNSFA tentent d'expliquer que le coût global doit intégrer tous les facteurs matériels et humains pris sur le long terme.
Si nous osons cette énumération risquée, disons que le vrai coût global doit intégrer au moins l'ensemble des prestations intellectuelles qui, seules, peuvent être à l'origine d'une véritable "économie globale", le coût des matériaux et de la réalisation des ouvrages, les coûts d'exploitation, les coûts d'entretien, de maintenance et de réhabilitation, la déconstruction et réutilisation éventuelle, les conséquences irréversibles pour notre planète (dilapidations des ressources naturelles, dérèglements climatiques, détérioration de notre cadre de vie, etc.), les coûts humains et sociaux (dont le mal-vivre quand il résulte d'un environnement mal pensé), etc.
Si nous évoquons l'ensemble des prestations intellectuelles, c'est parce que nous croyons à l'effort collectif en amont, d'abord des maîtres d'ouvrage et des pouvoirs publics quand il y a interdépendance, ensuite des industriels et des entrepreneurs, les premiers pour produire mieux des matériaux plus "écologiques", les seconds pour concevoir des procédés de mise en œuvre moins risqués et plus économiques.
Au nom des architectes, l'UNSFA entend mettre en évidence le rôle majeur de ceux-ci dans une démarche collective : investi d'une mission adéquate (pas minimale au rabais), l'architecte est le seul professionnel capable d'intégrer :
* dans une démarche créatrice globale (l’architecte est le maître de l'œuvre)
* à la fois ces objectifs environnementaux à court, moyen et très long terme (souvent divergents d'ailleurs)
* et l'ensemble des objectifs et contraintes d'ordre culturel, social, urbanistique, esthétique, fonctionnel, ergonomique, technique et économique dans un contexte réglementaire et normatif exceptionnellement étendu et pesant.
Dans cette démarche, l'architecte ne prétend pas agir seul : d'abord le maitre de l'ouvrage, le seul qui puisse approuver ou refuser et sans lequel aucun choix important ne saurait être pris. Ensuite, les partenaires de la maitrise d'œuvre, dont aucun ne prétend concevoir l'œuvre seul, mais qui sont indispensables dans tous les domaines où l'architecte a besoin de plus compétent que lui. Tous les acteurs sont concernés.

Gilbert RAMUS, Architecte desa, Unsfa 75

 

  • Créé le .
  • Dernière mise à jour le .
  • Vues : 1593

Ajouter un Commentaire

Enregistrer