Ville et Campagne

Rafraichissement

Les canicules, qui seront de plus en plus fréquentes, conduisent à mener des politiques de résilience, notamment dans les villes. Comment rafraichir les villes, pour éviter la surchauffe ?

Malgré tous les efforts que l’on peut imaginer, il est aujourd’hui certain que la planète va se réchauffer. Même 1,5 degrés de plus en moyenne provoque un phénomène de canicule, dont nous ressentons les prémices et qui va s’accentuer au cours des prochaines années. Les conséquences sont nombreuses, notamment sur notre confort et notre santé pendant l’été. On parle de « confort d’été », mais il s’agit bien aussi de santé, pour les personnes les plus fragiles notamment.
Il faut se rafraîchir. En buvant de l’eau ou des rafraichissements, en se mouillant, en s’aspergeant, en se mettant à l’ombre, en profitant des moindres courants d’air, etc. Le problème est particulièrement aigu dans les villes, surtout celles du Nord qui n’ont pas été conçues pour lutter contre la chaleur comme celles du midi. Les centres-villes sont particulièrement touchés, avec ce que l’on appelle des « ilots de chaleur urbains ». Il n’est pas rare de mesurer des écarts de plus de 5° entre les centres et les campagnes environnantes, une différence lourde de conséquences pendant les nuits d’été. Le mieux est encore de rafraichir les villes elles-mêmes, plutôt que de reporter tout l’effort sur les particuliers. Comment faire ?
Rappelez-vous, lors de l’exposition universelle de Séville, en 1992, nous avions vu des brumisateurs pour refroidir l’atmosphère. De fines gouttelettes pulvérisées dans l’air et qui produisent du froid en s’évaporant. L’évaporation a besoin de chaleur, qu’elle ponctionne sur l’air ambiant. Un phénomène bien connu dans les villages méridionaux, où jette de l’eau sur le sol en fin d’après-midi sur les places où l’on se retrouve au frais. Un frais procuré par cette eau bienfaitrice, mais aussi par les platanes ou les arbres quels qu’ils soient, et leur ombre bienveillante. La végétation rafraichit doublement : par son ombre et par l’humidité qu’elle dégage. C’est l’évapotranspiration. L’eau encore elle, sous une autre forme, sans que l’on ait besoin d’arroser ou de vaporiser. C’est la nature qui fait le travail. Encore faut-il que les arbres puissent pomper l’eau du sol, et que les sols aient pu en stocker. On retrouve alors un autre aspect du problème : l’imperméabilisation des sols. Des sols très compacts ou couverts d’asphalte, de goudron ou de béton, ne peuvent plus absorber l’eau du ciel, et encore moins en constituer des réserves pour l’été.  Des sols imperméables, et en plus sombres le plus souvent. Au lieu d’absorber l’eau, ils absorbent de la chaleur sous l’effet du rayonnement du soleil. Tout faux. Nous savons aujourd’hui rendre les sols plus perméables, y compris avec des trames dures pour permettre la circulation si nécessaire. Les documents d’urbanisme à la disposition des collectivités leur donnent le pouvoir d’imposer des taux de perméabilité selon les situations. Les villes peuvent aussi utiliser les plans d’eau pour récupérer de l’eau pluviale, des réserves bien utiles en cas de sécheresse.
L’eau et la végétation au secours du climat, ce n’est pas un scoop, mais la mise en pratique n’est pas si simple.  La proximité de l’eau est une bénédiction, sauf en cas d’orages violents et d’inondations, que le changement climatique nous promet plus fréquents. La densité des centres urbains ne permet guère l’implantation de nouveaux espaces verts, de nouveaux plans d’eau là où il y en aurait le plus besoin. Il est bien sûr possible de trouver des interstices ici ou là, ou de mobiliser des murs verticaux là ou la surface horizontale est rare. Les murs végétalisés offrent une source de fraicheur, notamment sur les parois Ouest qui recueillent toute la chaleur du soleil en fin d’après-midi. Les toitures des immeubles qui le permettent seront végétalisées, parfois avec des arbres. Mais ce sera souvent insuffisant dans les villes anciennes, il faut trouver d’autres leviers.
Il y a la couleur. Le sombre retient la chaleur, le clair la renvoie. Peignons tous les toits en blanc, et nous rafraichirons la ville ! Une idée qui a été largement développée aux Etats-Unis, et notamment à New-York, où plus d’un million de mètres carrés ont été blanchis en 10 ans. Un mouvement européen en faveur de ces cool roof transpose chez nous la dynamique américaine, mais la vieille Europe et ses villes denses n’offrent pas les mêmes possibilités que les villes d’outre-Atlantique. Des couleurs claires peuvent être choisies pour des espaces publics, les revêtements des immeubles à construire, et certaines collectivités utilisent ce genre de mesure. Mais nos centres anciens n’offrent pas toujours, il s’en faut, des toits horizontaux faciles à peindre, les villes ont des couleurs qui font leur charme et qui contribuent à leur attractivité. Le blanc, oui, mais là encore il y a des limites.
Il y a le vent. La vitesse de l’air provoque mécaniquement une baisse de la température ressentie, comme dit la météo. La ventilation des rues produit un ressenti de froid l’hiver, et de fraicheur l’été. La prise en compte des vents dominants l’été peut offrir une solution pour les quartiers nouveaux ou profondément transformés, où il existe encore une marge de manœuvre. Mais attention à ne pas créer des quartiers glacés et invivables l’hiver pour un bien être d’été. L’équation est délicate, et produit en outre des effets dans d’autres domaines : le mouvement d’air est favorable à la dispersion de la pollution, mais les morphologies urbaines trop perméables aux vents le sont aussi aux décibels. Il sera plus facile de préserver des zones de calme dans une ville cloisonnée. Une fois encore, la ventilation représente un élément de réponse à la question du réchauffement des villes, mais il faut y avoir recours avec prudence.
Une autre piste rafraichissante doit être explorée. Il n’y a pas que la chaleur du soleil, les villes en produisent elles-mêmes. Comment réduire cet apport ? Les réponses sont multiples, et touchent à la mobilité (moins de véhicules thermiques notamment), à l’habitat et à certaines activités (pas de climatisation grâce à une conception climatique), et aux activités qui dégagent de la chaleur.
Le rafraichissement des villes, rendu nécessaire par le réchauffement climatique, peut avoir recours à une panoplie de moyens d’ordre très variés, et il est clair qu’aucun de ces moyens ne suffira à lui tout seul. C’est donc un assemblage qu’il faut constituer, en commençant le plus tôt possible pour tout ce qui relève de la structure des villes, de leur morphologie. Eau, végétation, air, sols, couleur, mobilité, habitat, activité, il y en a pour tous les goûts.

Mots-clés: mode de vie, ville, climat, santé

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé