service public

Association

 

Le phénomène associatif est souvent loué, mais les associations sont souvent les premières victimes des disettes budgétaires. Est-ce un bon calcul, pour le bon usage de l’argent public ?

Ce n’est pas parce qu’elle est sans but « lucratif » qu’elle ne produit pas de la valeur.

But

but vidar nordli mathisen 563590 unsplashIl s’agit ici de l’entreprise. Quel but poursuit-elle ? Le profit des actionnaires, le bien-être de ses salariés, la production de biens et services utiles à la société ? Le chômage persistant nous conduit peut-être à des remises en cause de ces positions.

Le débat sur le projet de loi PACTE (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) permet de remettre le projecteur sur le rôle de l’entreprise dans nos sociétés modernes. L’économiste américain Milton Friedmann dans un article célèbre publié dans le New-York Times en 1970 lui donne comme objectif la maximisation des profits pour ses actionnaires. Peu importe l’utilité sociale de la production, peu importe les autres « parties prenantes » de l’entreprise, salariés, clients, riverains et environnement.

Combien ?

 

Combien coûtent les services publics ? La question est souvent posée, et le procès instruit par la même occasion. Mais l’instruction doit se faire à charge et à décharge.

Un reportage récent à la télévison nous parle du prix des vélos en libre-service. Combien ça coute ?

Etat

EtatPermettez un billet de nature politique, inspiré par la lassitude. Les débats mal posés ne permettent guère d’avancer, et celui du nombre des fonctionnaires en est un. La vraie question est celle du rôle de l’Etat.
Le débat est récurrent sur le nombre de fonctionnaires en France. Ils seraient bien trop nombreux, et il faut le réduire, pour alléger les charges de l’Etat et des collectivités publiques.

Fraude

La fourchette est large, mais l’évaluation de la fraude fiscale se situe en France entre 50 et 80 milliards d’euros. Mais l’environnement est une autre source de fraude, qui coûte bien plus cher.

Des dizaines de Milliards d’euros. Voilà ce que coûte la Pollution de l’Air en France, entre 20 et 30 milliards d’euros (1).

Gâchis

Pour relever le défi que représente le développement durable, il faut mobiliser le maximum de nos atouts. On constate hélas que certains sont délaissés. Un véritable gâchis.

Marché

Alpha et oméga pour les uns, gros mot pour les autres, le marché est au cœur de débats sans fin, notamment en ce qui concerne l’emploi, dont une part est « hors marché ». Est-ce durable ?

Il y a de nombreux marchés, comme celui où vous allez faire vos courses, et tous ceux spécialisés sur un thème, comme les matières premières ou l’emploi. C’est ce dernier aspect que ce billet veut aborder.

Mieux

 

Le développement durable revient souvent à substituer un substantif à un autre : mieux à la place de plus. Voilà une manière de créer plus de richesses en prélevant moins de ressources.

Mieux est souvent associé à « plus cher ». Le développement durable est une affaire de riches, en déduirait-on aisément, si cela était vrai. Ce n’est pas le cas, vous l’aurez compris et cela pour deux raisons au moins.

Mouton

A l'inverse des moutons de panurge, il s'agit ici d'une initiative originale à base de moutons, toujours à la recherche d'un double dividende.

Voici la suite logique de la chronique Tondeuse. Il s’agissait d’une machine, dont les performances étaient bien modestes, destinée à l’entretien des pelouses.

Prélèvements

Les prélèvements, impôts, taxes, ont mauvaise presse. Ils constituent néanmoins (sous condition d'efficacité et de bonne gestion) des instruments essentiels de développement et de solidarité.

Qu’on se le dise : les prélèvements vont augmenter. Ils auraient déjà du le faire, et c’est ce detard qui est la cause des nombreux déficits que nous observons aujourd’hui.
Mais rassurons-nous : ce n’est pas grave, car ce qui reste après prélèvements va aussi augmenter.

Public

La recherche d'économies dans les finances publiques est légitime, mais gardons-nous des raisonnements simplistes.

Un grand media lance une enquête : accepteriez-vous moins de services publics, de manière à payer moins d’impôts ?
Question anodine, dans l’air du temps, mais état zéro de la réflexion. Tout d’abord, elle masque une rupture avec la conception d’origine de la fiscalité.

Solitude

La solitude était le thème de la grande cause nationale de 2011. retour sur un sujet qui apporte un éclairage particulier du développement durable.

Voilà une « grande cause » nationale, celle de 2011 qui succède aux violences faites aux femmes. Un sujet lourd, avec des causes et des conséquences multiples.