quotidien

Alternative

Le développement durable nous conduit à abandonner des modes de vie, de production et de consommation hérités du passé. Il faut pour cela trouver des alternatives et en donner envie.

Ambassadeur

Les ambassadeurs du tri nous ont aidés, il y a quelques années, à comprendre le mécanisme du tri et à adhérer à une pratique nouvelle. Pourquoi pas des ambassadeurs pour d’autres domaines, comme l’énergie ou la mobilité ?

Il en faut, de la diplomatie, pour faire évoluer les comportements. Le poids des habitudes et la résistance au changement, voire une inquiétude latente et des blocages mentaux sans explication autre que l’incompréhension du nouveau système, sont autant d’obstacles. Il faut une véritable politique, avec une stratégie, des moyens et des acteurs, et cela le temps qu’il faudra.

Banc

Le développement durable tient souvent à peu de choses, comme les bancs dans les espaces publics. Une approche modeste qui ne suffit pas, mais qu'il ne faut pas négliger.

Popularisés par Georges Brassens, les bancs publics sont une bonne entrée dans la matière du développement durable. On en trouve de moins en moins, et c’est bien dommage, car ils constituent un moyen efficace et peu onéreux d’apporter de la convivialité dans la ville.

Bénéficiaire

 

Dans une société complexe, avec de nombreuses interconnections, le bénéficiaire réel d’un service n’est pas toujours facile à identifier, au-delà des apparences immédiates.
La confusion est fréquente. L’usager d’un service est souvent considéré comme son bénéficiaire.

Caddy

La lutte contre le gaspillage alimentaire doit être menée tout au long de la chaine, de la production à la consommation. Elle illustre avec force le concept du « double dividende ». Prenez votre caddy, et entrez au supermarché !

Le Super U de Nozay, non loin de Nantes, l’a fait : il a réduit de moitié le volume de ses déchets.

Calme

Comment le calme est-il ressenti, comment le caractériser ? Bien au-delà du silence, le calme permet d'entrer dans la complexité des sens, dans toutes leurs dimensions.

Comme chacun sait, le silence peut être pesant. L’absence totale de bruits, de sons de toutes natures, est aussi redoutable que le vacarme, à ceci près qu’il ne laisse pas de séquelles Physique irréversibles.

Choix

Nous avons toujours le choix, la solution unique n'existe pas. Il reste à savoir comment faire son choix, et le faire en connaisance de cause, pour son plaisir et l'évenir de la planète à la fois.

On entend parfois dire que le développement durable s’impose parce que nous n’avons pas le choix. La planète est à bout de souffle, nous sommes dos au Mur.

Comportement

En matière de développement durable, il faut agir sur les deux tableaux, le hard et le soft. Il y a beaucoup à gagner en favorisant certains comportements, et les résultats peuvent être rapides.
L’autre jour, à la télévision, je vois un « conseiller énergie » à l’œuvre dans un logement. Il fait le tour des appareils ménagers, des lampes, et de tout ce qui consomme de l’énergie.

Croisé

Croisé, un mot qui ouvre plusieurs pistes, cultures croisées, croisement des fameuses 3 dimensions du développement durable, ou encore les redoutables croisés du DD...

ce site parle ailleurs de croisées au féminin, c'est-à-dire des Fenêtres. Il y a aussi la croisée des chemins, où je ne pourrais que vous conseiller la voie du développement durable.

Départ

Le départ de Nicolas Hulot du gouvernement est l’occasion de se demander comment prendre un nouveau départ pour l’écologie et le développement durable. Faut-il changer de stratégie ?

Dans son propos à la radio où il annonçait son départ, Nicolas Hulot avouait n’avoir pas su trouver au gouvernement et aussi dans la société française, les soutiens dont il avait besoin pour mettre en place une politique ambitieuse. « Tout le monde s’en fiche », avait-il dit à l’Assemblée Nationale, en parlant de la loi sur la biodiversité qu’il présentait. C’est sans doute sur cette réflexion qu’il faut s’arrêter pour envisager l’avenir de ce ministère, et non sur des analyses contradictoires des volontés présidentielles.

Engagement

 

Le développement durable ne tombe pas du ciel. Il se construit tous les jours grâce à l’engagement des citoyens et de nombreux professionnels.

Les voies du progrès sont parfois déroutantes, comme l’a montré, par exemple, l’action des voleurs de cuivre sur l’éclairage des autoroutes urbaines.

Ergonomie

Le bon usage des ressources, auquel le développement durable nous invite, passe notamment par les ressources humaines, dans toutes leurs dimensions. Il s'agit notamment de bien utiliser son corps. L'ergonomie devient ainsi un instrument de développement durable.

Un terme plutôt lié au poste de Travail, sa bonne adaptation au corps humain, pour que les Mouvements soient aussi peu traumatisants que possible, aussi peu fatigants que possible.

Etat

EtatPermettez un billet de nature politique, inspiré par la lassitude. Les débats mal posés ne permettent guère d’avancer, et celui du nombre des fonctionnaires en est un. La vraie question est celle du rôle de l’Etat.
Le débat est récurrent sur le nombre de fonctionnaires en France. Ils seraient bien trop nombreux, et il faut le réduire, pour alléger les charges de l’Etat et des collectivités publiques.

Gendarme

Les statistiques récentes de mortalité sur la route sont inquiétantes. Elles conduisent à s’interroger sur la politique retenue en la matière, peur du gendarme, plutôt que changement culturel.

Quand l’intérêt général passe par des changements de comportements, deux stratégies sont envisageables. Convaincre, et obtenir progressivement que le nouveau comportement s’installe durablement dans la pratique, ou bien réglementer et sanctionner ceux qui résistent au changement : c’est la peur du gendarme.

Local

La ville durable serait-elle la ville inscrite dans son territoire, à l'équilibre, vivant exclusivement sur ses ressources locales ? Une approche instructive est menée dans ce sens par les cuisiniers parisiens. 100% local.

Maire

Les élections municipales sont l’occasion d’une réflexion sur ce que l’on attend du maire, et sur les projets de réforme des communes dans une perspective de développement durable, avec ses aspects humains, techniques et économiques.
Les 36 680 communes de France font traditionnellement l’objet d’un débat. Les comparaisons avec les pays voisins montrent une carte administrative extrêmement fine, et beaucoup souhaitent la transformer pour aller vers de plus grandes unités. Mais la France résiste, la réforme tarde. Pourquoi ?

Monnaie

La politique monétaire est toujours bien compliquée pour la plupart d’entre nous. Certaines initiatives rapprochent la monnaie de la vie quotidienne.

La monnaie est une commodité. Elle permet des échanges, et des relations dans le temps et l’espace.

Morale

Le mot "morale" possède des sens multiples, source de nombreux malentendus. Une réflexion sur ce qu'il signifie permet de progresser sur la manière de faire adhérer à l'idée même de développement durable.

L’examen des 7 péchés capitaux au filtre du développement durable nous permet de pendre du Recul par rapport à la morale traditionnelle.

Mot

Transition : Le mot est à la mode, et certains, semble-t-il, le verraient bien supplanter le développement durable. Mais ne s'agit-il que d'une histoire de mot ?

Optique

Au moment où nous devons tout mettre en œuvre pour trouver de nouvelles formes de « progrès », les trains qui n’arrivent pas à l’heure occupent le devant de la scène. Une erreur d’optique qui fausse les jugements, au moment de prendre les décisions.

Paresse

cette note s'inscrit dans une série, courte de 7 péchés, consacrée aux péchés capitaux. Les péchés capitaux, et notamment la paressse, sont-ils solubles dans le développement durable ?

La paresse m’aurai conduit à ne pas rédiger cette note, mais le thème vaut bien un effort ! Comme pour les autres péchés capitaux, il y a un bon et un mauvais usage  de la paresse, à l’aune du développement durable.

Paysage

Le développement durable apparait souvent comme une affaire bien compliquée, pour les spécialistes. La paysage est la partie visible de l'iceberg du développement durable, profitons en pour en faire un outil de dialogue et de confrontations.

Le paysage est souvent perçu de manière étroite, comme une simple émotion esthétique.

Potager

la chimie nous aide à mettre de l'ordre dans notre potager. Fini les mauvaises herbes, et les parasites de nos chers légumes. Mais les pesticides peuvent être dangereux pour l'homme et de nombreuses espèces utiles. Il va falloir apprendre à s'en passer.

C’est sans doute une coïncidence : au moment précis où la preuve des méfaits de la chordécone (un pesticide employé sur les bananiers) est publiée, le ministère de l’écologie lance une grande campagne sur les produits employés dans les Jardins potagers.

Quartier

Le mot était souvent péjoratif. Il est devenu la marque d'une ambition. Quartier, hier sensible, est devenu durable. Une progression qui ne devrait pas n'être que sémantique.

Rassurons d’emblée les végétariens, il ne s’agit pas ici de quartiers de viande. Nous ne parlerons pas non plus, malgré l’appel à la poésie qu’elle porte naturellement, de la lune et de ses quartiers.

Recoin

L’espace est un bien rare dans les villes. Pourtant de nombreux recoins, véritables délaissés urbains, restent sans affectation et dégénèrent. Peut-on imaginer des recoins durables ?

Il y en a partout. Au hasard des rues, vous trouvez des recoins hérités du passé. Des règles d’urbanisme changeantes, comme les règles d’alignement, des choix anciens de propriétaires sur l’implantation de leur immeuble, des restes d’expropriations et des délaissés, etc.

Restes

Les restes sont souvent le fruit d'excès ou d'imprudences. Mais ils ne sont pas de même nature, selon qu'ils sont ou non réutilisés sous une forme ou sous une autre.

Au lendemain des fêtes, l'art d'accommoder les restes est une Vertu cardinale. Il s'agit là de resteséphémères, le plus souvent, qu'il convient d'intégrer dans des menus courants avant qu'il ne soient périmés et bons pour le compost.

Simple

Trois « piliers », ou même plus, de nombreux principes, des conférences et des programmes à répétition : le développement durable apparait à beaucoup comme une chose compliquée. Pourquoi ne pas faire simple ?
Devenir 4 fois plus performants. C’est le défi du facteur 4, qui nous permet à la fois de prolonger une tendance à l’amélioration de notre bien-être et de réduire la pression sur les ressources et la planète.

Superflu

En situation de crise, il faut faire des choix. Il va falloir abandonner le superflu pour se consacrer à l'essentiel. Mais la difficulté réside justement à distinguer l'un de l'autre. ce que l'on pense être superflu se révèle parfois essentiel.

Dans une maison de retraite, le coiffeur est essentiel. Quand tout se déglingue, il faut rester digne, et la coiffure est un point d’accroche avec le monde.

Vélo

Nos vies "modernes" sont souvent coupées en rondelles, travail, déplacement, loisir, etc. On en perd ainsi la vue d'ensemble et progressivement la possibilité d'un bon pilotage. Le vélo offre une bonne opportunité de reprendre le contrôle.


Voilà un mot plein d’évocations pour le développement durable. Le vélo est un des modes de déplacement les plus efficaces, en terme de consommation d’énergie, de place au sol, de bruit et pollutions émises. Il reconquiert progressivement sa place dans les Villes de France, mais il y reste loin de celle qu’il occupe dans d’autres pays, ceux d’Europe du Nord notamment.