innovation

100%

 

En marge de l’examen par l’Assemblée nationale de la loi sur la transition énergétique, une étude allemande montre qu’il est possible de produire 100% de l’électricité en renouvelables. Beaucoup d’initiatives sont prises dans ce domaine.

Abondance

Les bienfaits de la société d'abondance nous seront-ils interdits ? Est-il possible de conserver l'abondance tout en réduisant les inconvénients ?

Pour les parisiens, c’est une fois par an. C’est au salon de l’agriculture que l’on peut admirer les splendides vaches de la race Abondance, fleuron d’une région du même nom où l’on peut les admirer en pleine nature, entre le lac Léman et le Mont Blanc. Vache, fromage, qualité de la nourriture, paysages de montagne préservés, équilibre entre agriculture, qualité de vie, tourisme, et diversité biologique.

Alliance

Se donner des objectifs clairs et ambitieux, se doter des outils de mesure et d’observation des phénomènes, tout cela est bien, mais comment passer aux actes ? Pour les enjeux planétaires, l’esprit de coopération doit être mobilisé. Ce sont des alliances qui se nouent pour explorer les avenirs possibles.

C’est un enfant de la COP 22, à Marrakech : L’alliance mondiale pour les technologies propres (1), dont la naissance a été annoncée le 11 novembre dernier. Un regroupement indépendant d’acteurs mus par quelques règles simples, améliorer la qualité de vie, adhérer aux objectifs du développement durable de l’ONU, travailler dans un esprit de recherche de solutions, pour repousser les limites du possible, avec la conviction que les solutions bonnes pour le climat seraient bonnes même s’il n’y avait pas de dérèglement climatique.

Amoureux

Il faut des moteurs au développement durable. Il y a besoin de technique et de méthode, mais il faut aussi et surtout jouer sur les sentiments. Comment rendre amoureux du développement durable ?

« On ne tombe pas amoureux d’un taux de Croissance ». Cette phrase de Jacques Delors peut se décliner dans bien des domaines. 

Apprenti

Le développement durable exige des changements prpofonds, qui ne se font pas en un jour. malgré l'impatience qui nous travaille, il faut prendre le temps de l'apprentissage.

Nous sommes tous des apprentisdu développement durable.

Appropriation

Les changements importants que le monde doit engager pour changer d’époque et entrer dans l’ère du développement durable ne peuvent être imposés. Ils doivent être appropriés des populations concernées.
« Nous vivons une époque formidable », nous disait Reiser.

Aubaine

 

Les sondages nous disent que la majorité des Français craignent que leurs enfants ne vivent moins bien qu’eux. Oui, si nos modèles de développement ne changent pas, mais il y a sans doute des aubaines à saisir, pour ceux qui raisonneront autrement.
Les rigidités dans les esprits et peut-être aussi la crainte du futur nous font souvent passer à côté d’aubaines. Ce qui est considéré comme une charge, voire une catastrophe ne l’est parfois que parce que l’on le considère comme tel a priori, sans en avoir analysé toutes les composantes.

Autonomie

 

Puisque les bâtiments modernes sont appelés à produire plus d’énergie qu’ils en consomment, pourquoi ne pas aller au bout du raisonnement, et promouvoir leur autonomie ? Le débat est ouvert.

La révolution est en marche ! Le bâtiment, traditionnellement premier consommateur d’énergie, va devenir producteur.

Aventure

 

Séduisante et inquiétante la fois. L’aventure présente ces 2 aspects, de découverte et de respiration d’un coté, de crainte de l’inconnu de l’autre. Le développement durable est la recherche d’une nouvelle étape dans l’aventure humaine.

Bascule

bascule1Il s'agit ici des mouvements de bascule, qui caractcérisent les priorités accordées par la société à telle ou telle préoccupation. Le "facteur 4" va-t-il bousculer la bascule ?


La bascule est un instrument de mesure, de poids précisément, et c’est bien utile. Elle ne suffit hélas pas pour évaluer nos progrès sur la route du développement durable.

Bon sens

Quand j’entends dire que le développement durable est simple affaire de bon sens, je me méfie. C’est comme les Monsieur Jourdain qui « font du développement durable » sans le savoir. Je pense alors à Esope et à sa langue, la meilleure et la pire des choses.

La meilleure, parce qu’il arrive effectivement, et c’est heureux, que certaines pratiques courantes soient empreintes de sagesse, que le « bon sens populaire »  ait intégré depuis toujours des règles que quelques esprits forts prétendent aujourd’hui pouvoir enfreindre sans problème. Qu’une bonne partie de nos habitudes et de nos règles de comportement soient spontanément « durable » est une bonne chose, à préserver et à amplifier si possible.

But

but vidar nordli mathisen 563590 unsplashIl s’agit ici de l’entreprise. Quel but poursuit-elle ? Le profit des actionnaires, le bien-être de ses salariés, la production de biens et services utiles à la société ? Le chômage persistant nous conduit peut-être à des remises en cause de ces positions.

Le débat sur le projet de loi PACTE (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) permet de remettre le projecteur sur le rôle de l’entreprise dans nos sociétés modernes. L’économiste américain Milton Friedmann dans un article célèbre publié dans le New-York Times en 1970 lui donne comme objectif la maximisation des profits pour ses actionnaires. Peu importe l’utilité sociale de la production, peu importe les autres « parties prenantes » de l’entreprise, salariés, clients, riverains et environnement.

Certificat

certificatUn mot qui provoque des polémiques, qu’il convient de canaliser pour tirer le meilleur de ces certificats en tous genres. Des certificats pour valoriser la qualité.

Passer d’une croissance quantitative à une croissance qualitative. La première entraîne des besoins de matières premières et d’énergie toujours plus importants, la seconde fait appel à la matière grise, au Talent , au Travail humain.

Chaîne


Une des difficultés de diffusion des innovations techniques, est qu’elles sont rarement autonomes. Ce sont des chaines logiques de nouveaux produits qui vont ensemble, et elle doit se mettre en place en bonne cohérence.
Les cordonniers sont les plus mal chaussés, dit-on. L’Etat « exemplaire » serait-il en train de faire mentir cet adage ?

Chemin

« On ne sait pas où on va, mais on y va ! ». Cette interpellation a eu son heure de gloire, en mai 1968 notamment. Une manière d’alerter une société qui s’emballe, qui tourne à plein régime sans savoir dans quelle direction elle va. Il n’y a plus de pilote dans l’avion. Elle manifeste un besoin de reprendre son destin en main.

Cher

L'augmentation du coût de l'énergie apparait souvent comme la meilleure incitation à la modération des consommations. Cela ne suffit pas, et l'énergie chère peut engendrer des dommages sociaux et écologiques.


Cher, un mot à la double résonance, la bonne, celle des chers amis, et la mauvaise, celle de la vie chère. Affection d’un côté, privation de l’autre. Dr Jekyl et Mr. Hyde, en quelque sorte. Pour une fois, prenons le mot par son mauvais côté, avec une denrée particulièrement sensible : l’énergie.

Cœur de métier

coeurdemetier2La rigueur est bien sûr nécessaire au titre du développement durable. La rigueur dans les analyses, les comportements, mais la rigueur ne doit pas conduire à l’aveuglement, ou aux œillères. Le recentrage sur le cœur de métier, peut renforcer une crise, si l’on n’y prend pas garde.

En ces périodes de Rigueur, il est toujours tentant de se concentrer sur l’essentiel, le cœur de métier. Si je suis agriculteur, je produis des denrées agricoles pour le marché, si je suis postier, je distribue des lettres, je suis industriel, je fabrique des produits d’usine, etc.

Compétence

Chacun de nous détient des compétences, mais beaucoup d'entre elles sont négligées, voire ignorées. Le développement durable nous conduit à les mobiliser.

Abandonnons la compétence définie comme le droit d’un tribunal à juger d’une affaire, ou le domaine réservé d’un ministre, pour se concentrer sur celle que l’on définirait comme la capacité à faire face à une exigence professionnelle, ou à une situation nouvelle.

Compétition

Nous sommes confrontés à des défis, et pour les relever condamnés à la performance. On parle souvent de compétitivité, faisant ainsi référence à la compétition. Est-ce la seule manière de parvenir à un haut niveau de performance ?

 Le développement durable est un appel à la Performance, et ce sera une vraie performance que d'offrir à 9 milliards d'êtres humains des conditions de vie dignes du 21ème siècle.

Conservateur

L’innovation, à la fois sociétale et technologique, à laquelle le développement durable nous invite rencontre inévitablement une forte résistance, du fait du conservatisme des institutions et des intérêts établis.
Le développement durable est la recherche d’un ou de plusieurs modes de développement, pour ouvrir de nouveaux espaces à l’humanité. Nous arrivons au bout d’un cycle, et nous cherchons comment engager le suivant.

Coopération

 

Oxymore pour certains, le développement durable est un défi à relever pour les autres. Pour y parvenir, l'aventure personnelle est insuffisante. Il faut jouer en équipe. La coopération est une des voies du développement durable. 

Les défis se relèvent de plusieurs façons selon leur nature. Pour certains, c’est l’émulation, voire la compétition, qui donne l’énergie nécessaire, et pour d’autres, c’est au contraire la solidarité et la coopération entre acteurs qui le fait.

Défis

Faire vivre convenablement 9 millirads d'êtres humains d'ici 2050 relève du défi. Le développement durable revient souvent à sortir de contradictions par le haut, à réaliser des exploits dans le champ du progrès technique, maîtrisé, et de l'organisation de nos sociétés.

La vie moderne n’est qu’une suite de défis, c’est bien connu. Choisissons en un, pour voir comment le relever dans l’esprit du développement durable.

Déflation

 

La crise économique prend différentes formes. Le rejet de l’inflation a entraîné une politique vigoureuse, au point que l’on craint à présent son contraire, la déflation. Celle-ci fait-elle bon ménage avec le développement durable ?

Démarche

Le développement durable n'est pas un état, mais une dynamique. Une évolution continue, pour relever les nombreux défis que le monde d'aujourd'hui nous propose, et pour laquelle il est bon de disposer de démarches solides.

Les démarches administratives sont parfois durables, mais pas au sens que l’on aurait souhaité.

Démocratie

Les élections sont l’instrument premier de la démocratie.. Elles organisent notre vie publique, et décident les grandes orientations de notre avenir. Comment intègrent-elles le développement durable ?

La question est récurrente. Les élections privilégient les thèmes du moment, les problèmes immédiats, le court terme. Elles exacerbent les clivages et la division de la population concernée, et provoquent des surenchères, les éternelles promesses intenables. Trois caractéristiques, court terme, clivages et surenchères qui ne conduisent guère à ce que l’on appelle la « bonne gouvernance », qui permet de voir loin, de rassembler la population sur un projet partagé et de créer la confiance avec les dirigeants. La démocratie, fondée sur des élections, est-il « durable » ?

Détermination

dterminationLa construction d'un monde différent, répondant aux besoins de 9 milliards d'êtres humains, est une découverte permanente. Des choix, aussi, avec le risque de se tromper. Une progression qui exige bien des vertus, parmi lesquelles la détermination.

Le développement durable est exigeant. C’est une exhortation au dépassement de soi-même, des contradictions qui nous habitent, pour parvenir à satisfaire les besoins de tous les êtres humains sans pour autant se priver aujourd’hui ni compromettre les chances de nos enfants de bien vivre eux aussi. Il va falloir se montrer malin, et surtout faire preuve de détermination.

Différent

diffrentLa gestion uniforme, indifférenciée, des hommes et des territoires est source de gâchis. Reconnaître les différences et les valoriser, voilà une bonne manière d'aller vers le développement durable.

Le nom signifie une querelle, une contestation, et il s’écrit alors avec un D. Avec un T, pour reprendre la célèbre différence entre les deux policiers des aventures de Tintin, on a l’adjectif Différent, que le dictionnaire définit comme dissemblable, ou encore plusieurs, divers.

Dirigeable

Le transport aérien présente un avantage certain : il se joue des obstacles ordinaires qui pourraient se trouver entre son point de départ et sa destination. Mais il consomme beaucoup d’énergie et il fait du bruit. Le dirigeable permet de conserver les qualités en évitant les défauts.

C’est une aventure plus que bicentenaire. Le ballon des frères Montgolfier a été la première étape, mais dès le lendemain de la première ascension, Lavoisier, alors secrétaire de l’Académie des sciences, évoquait la suivante, celle où le ballon serait dirigé, au lieu d’être soumis aux caprices du vent. Nous étions en 1783.

Disruption

Un mot dans l’air du temps, comme résilience, mais dont peu de gens connaissent le sens véritable. Un mot qui mérite d’être rapproché du développement durable, et de la capacité d’innovation que celui-ci exige.

Ce dictionnaire s’est orienté vers les mots courants, de la vie de tous les jours. Permettez une exception pour un lot curieux mais à la mode. Disruption, ou l’adjectif disruptif, si vous préférez. Un mot que je croyais tout neuf, quelques années, mais qui est beaucoup plus vieux. Il a juste changé d’univers et par suite de signification. 

Division

Les « bonnets rouges » de Bretagne expriment une révolte face à une situation intenable. Comment en-est-on, arrivé là ? Par le choix de la production de masse. Une erreur historique à corriger d’urgence.

Il s’agit ici des divisions du pape, pour reprendre la célèbre phrase de Staline. Une phrase qui exprime la supériorité supposée des puissances quantitatives. Beaucoup, toujours plus, massification, voilà les marques du pouvoir, de la domination.

Eau chaude

Le développement durable nous invite à innover, pour imaginer et explorer des futurs inédits. Encore ne faut-il pas négliger les inventions d'hier, dont beaucoup peuvent être recyclées et enrichies aujourd'hui. pas la peine de toujours réinventer l'eau chaude !

Réinventer l’eau chaude. Souvent, on s’imagine que le développement durable impose le recours effréné à l’innovation, avec les risques que cela comporte. Il est arrivé, dans ce blog, que cet aspect des choses soit mis en valeur, car il est bien vrai que les défis qui nous attendent ne pourront être relevés sans une bonne dose de créativité.

Enthousiasme

 

Une note en guise de bons voeux. Une année pour réussir la 21e « conférence des parties », la COP 21, qui se tiendra en décembre prochain à Paris. Une occasion en or de faire du développement durable un objet d’enthousiasme et de mobilisation populaire.

C’est aussi une ouverture à exploiter à fond pour éloigner la peur qui envahit notre société et la gangrène insidieusement.

Epices

Une croissance économe en ressources ? Il y a des pistes à explorer, sur la manière de créer de la valeur avec de la poudre de perlin-pinpin. Pas de la poudre aux yeux, mais de la vraie valeur, du plaisir, de la qualité de vie. Les épices illustrent parfaitement cette voie de durabilité.

Espoir

Aux ambitions du développement durable, certains opposent volontiers son coût. Bien sûr si on croit qu'il suffit de corriger, de réparer, de rajouter une couche. Pas du tout si l'on fait du développement durable, source d'espoir, l'instrument même du changement.


L’importance des émotions en géopolitique a été parfaitement décrite par Dominique MOÏSI (1), et elle se décline aussi en politique nationale.

Etat

EtatPermettez un billet de nature politique, inspiré par la lassitude. Les débats mal posés ne permettent guère d’avancer, et celui du nombre des fonctionnaires en est un. La vraie question est celle du rôle de l’Etat.
Le débat est récurrent sur le nombre de fonctionnaires en France. Ils seraient bien trop nombreux, et il faut le réduire, pour alléger les charges de l’Etat et des collectivités publiques.

Ethique

Construire notre avenir en explorant le champ du possible sans a priori est une chance extraordinaire, une source de bonheur. Encore faut-il faire un bon usage de cette liberté. Le développement durable a besoin d’éthique.

Le développement durable n’existe pas dans l’Absolu. Ce n’est pas un état stable et universel, c’est une Dynamique.

Expérimentation

experimentation chuttersnap 146799 unsplashLe développement durable est à construire. Quelle chance d’avoir à créer son propre univers, mais quelle responsabilité, aussi. Et ce n’est pas facile, on peut se tromper. Innover est toujours une prise de risque, et il faut faire attention, prendre des précautions quand les enjeux deviennent trop lourds. Innovation et précaution, loin de s’opposer, se complètent, il faut le dire clairement.

Dans l’incertitude, une bonne idée est d’expérimenter. Voir ce que cela donne, avant de décider d’aller plus loin, surtout quand il s’agit de la chose publique. Dans un pays comme la France, où le dogmatisme l’emporte souvent sur le pragmatisme, cette idée, qui suppose que la loi n’est ni universelle ni éternelle et que les responsables politiques ne détiennent pas la vérité, est mal vue, et nous ne comptons plus le nombre d’expérimentions qui sont restées des expérimentations, sans que jamais les enseignements en soient tirés.

Facilité

facilite 3René Dubos craignait que « la plus grande faiblesse de la vie moderne soit d’amener une atrophie de nos facultés ». Comment faire pour que les facilités dont nous disposons aujourd’hui ne deviennent pas une faiblesse ?

C’est une sorte d’effet rebond. Un progrès résout des problèmes, mais en pose d’autres du fait même de son efficacité. Prenons un exemple classique. Une digue pour protéger un village. Un village précaire, et exposé aux caprices de la mer ou du fleuve. Pour réduire cette vulnérabilité, on construit une digue, et voilà que les constructions se multiplient comme des lapins dans cette zone hier inondable. L’occasion était trop belle, jusqu’au jour où la protection qu’offre la digue vient à lâcher. Au lieu de régler un problème, la digue a encouragé un comportement à risque. 

Force

La surprise est la force des faibles. Elle est l’arme privilégiée des terroristes de tous poils, qui permet à une toute petite minorité d’imposer sa présence bien au-delà de ce qu’elle représente. La « bonne gouvernance » constitutive du développement durable peut-elle maîtriser cette force d’une nature si particulière ?

« Vous ne connaissez ni le jour ni l’heure ». L’effet de surprise  pour palier la faiblesse des moyens. Vieille stratégie, qui a pu prendre des formes diverses comme la guérilla, qui se trouve aujourd’hui couplée à un appel aux volontaires, mobilisé sous la forme de l’allégeance à une autorité, sans même qu’il y ait à établir de lien matériel.

Frein

Paradoxalement, les freins sont la conditions de la vitesse. Les organes de sécurité permettent d'aller vite, et il en est de même pour la nécessaire innovation au titre du développement durable.

Les freins, c’est bien commode : ça permet d’aller vite. Pour une voiture, leur puissance est calculée en fonction de sa vitesse potentielle et de son poids.

Gagnant

Le double dividende est une des marques du développement durable. Un contrat social d'un  nouveau type, d'autant plus solide que chacun y trouve son intérêt. Du gagnant-gagnant.

Le billet gagnant de la loterie est une véritable aubaine, mais il ne faut pas trop compter dessus pour un développement durable.

Homéopathie

Pour mener à bien la transformation de la société que demande le développement durable, il y a l'action massive, chirurgicale, sans doute nécessaire pour certaines affaires. Il y a aussi l'action minimum, celle qui stimule des forces internes et relève de l'homéopathie.


Ne prenons pas le terme à la lettre, avec le cortège de théories et de polémiques qu’il entraîne, mais donnons-lui plutôt le sens qu’on lui prête communément, de la plus petite intervention possible pour guérir un mal. Le contraire du marteau-pilon, également dans l’Image populaire de la mouche écrasée.

Hors-la-loi

L'écologie est aujourd'hui à la mode, et on le lui reproche suffisamment. Elle ne l'a pas toujours été, en France et ailleurs. Les écologistes ont souvent été de véritables dissidents, et même parfois des hors-la-loi.

HQE

L'actualité du bâtiment s'écrit souvent avec des lettres, comme BBC ou HQE. Zoom sur la HQE, comme illustration de démarches de développement durable.

Impossible

Impossible : Un mot qui nous permet d'aborder le pire et le meilleur, ce qui ne devrait jamais arriver, et ce dont nous n'osons rêver. Un mot très riche pour évoquer le développement durable.


Le naufrage du Costa Concordia, voilà bien un événement impossible. Qui aurait cru qu'un paquebot aussi important, aussi bien équipé, aurait pu ainsi s'échouer sur les rochers et provoquer la mort ou la disparition de dizaines de personnes, des Risques de Pollution marine, et un sinistre économique de grande ampleur.

Incertitude

Une société qui bouge vite est marquée par un haut degré d'incertitude. Comment vivre avec, et même en faire un moteur de progrès, dans une stratégie de développement durable ?

Un mot bien inconfortable. Rien de pire que de na pas savoir où l’on va, de quoi demain sera fait. Les fluctuations du prix du pétrole sont bien plus difficiles à gérer que le haut niveau en soi.

Institutions

Le développement durable et le renouveau de la croissance, sur des bases profondément remaniées, passent par l’innovation. Mais celle-ci bouscule les esprits et les équilibres économiques et sociaux. Les institutions sont-elles malgré tout prêtes à soutenir l’innovation ?

Le processus d’innovation est comme la nature, exubérant et sélectif. Darwin est aussi présent dans ce champ.

Investissement

Faire du développement durable, c’est entrer dans le monde de demain. C’est avant tout un investissement. Pas sans risque, comme tous les investissements, mais chacun le sait, sans investissement, il n’y a pas d’avenir…

A quoi bon tous ces efforts, si nous sommes les seuls ? Comment lutter contre l’effet de serre, si les américains et les chinois refusent de s’engager ? Voilà des phrases souvent entendues, et qui témoignent d’une sorte de découragement devant l’ampleur de la tâche.

Jardin

Le jardin est une leçon de choses. C'est ausi une école du développement durable, à condition de l'aborder dans de bonnes dispositions.

Adam et Eve ont-ils vraiment été chassés du Jardin d’Eden, ou en sont-ils partis d’eux-mêmes ? On peut s’interroger sur la vraie nature de leur « Orgueil ».

Levier

En guise de voeux, commençons cette année 2011 par une réflexion sur la manière de booster le développement durable. Sur quels leviers appuyer pour accélérer la prise de conscience qui débouche sur le passage à l'acte ?

Le développement durable a besoin de coups d’accélérateurs.

Main

Les joueurs de bridge le savent : il faut savoir passer la main à l’adversaire. Tout un art, qui se décline aussi non pas avec des adversaires mais des partenaires. On parle alors de se donner la main. Indispensable pour explorer les futurs, pour aller vers le développement durable.

Marketing

Il y a 20 ans, la lettre « Marketing vert » naissait sous l’impulsion d’Alain Mamou-Mani. Une association de termes antagonistes pour certains. Un mariage à risques, sans doute, mais n’est-ce pas un mariage nécessaire ?

Mode

Mode et Développement durable, deux termes souvent antagonistes. Une alliance est-elle impossible ?

Voilà un concept qui pousse à la Consommation. Il faut être à la mode, et pour cela jeter des vêtements encore en très bon état. Ce renouvellement accéléré des garde-robes n’est pas très durable, sauf si ce n’est qu’une manière de démarrer la vie d’un habit, qui va, après une époque flamboyante où il est à la mode, passer sur d’autres épaules et alimenter une filière de récupération.

Moins

moinsMoins multiplié par moins = plus. Peut-on réduire la pression sur la planète tout en améliorant les conditions de vie ? Oui, en s'attaquant aux dépenses contre productives, et elles sont nombreuses.

On parle parfois de décroissance. Ce mot a le mérite de choquer, de provoquer, et mettre à mal des croyances bien établies, et il est toujours bon de se remettre en question.

Nouveau

Dans les publicités et le langage courant, le mot nouveau est souvent assimilé à mieux, plus moderne. Le sens de l’histoire y est inscrit. Et pourtant le sens même du progrès semble aujourd’hui remis en question. Nouveau est-il durable ?

L’assimilation « nouveau = mieux » est fréquente. Elle est portée par la publicité et la foi dans le progrès, malgré les ambigüités et les déceptions que ce dernier a pu engendrer ces dernières années.

Outil

L’ingéniosité de l’Homme lui a permis de créer des outils, des prolongements de lui-même qui le rende plus efficace. Du simple bâton à la machine-outil, au robot et à l’ordinateur, sans oublier les dictionnaires et les logiciels, les catéchismes et autres petits livres rouges, les outils témoignent de cette capacité humaine à renforcer sa puissance d’intervention sur la matière et son environnement.

Permis

 

Le développement durable fait fortement appel à la créativité de tous, individuellement et collectivement. Comment y parvenir dans un univers marqué par quantité de permis ?

Perspective

A l'opposé d'un retour en arrière, le développement durable doit ouvrir de nouvelles perspectives.Même l'abandon de filières qui, à l'usage, apparaissent trop dangereuses, doit être porteur d'avenir.

La perspective de sortir du nucléaire revient en débat. Un débat qui nous rappelle que cette technique a toujours été considérée comme une transition, en attendant d’autres techniques.

Pilote

Le développement durable est une recherche, qui conduit à explorer des futurs inconnus. Pour cela, le lancement d’opérations « pilote » peuvent rendre bien des services, pour mieux organiser la progression et éviter les pièges.

Appelons « pilotes » ou opérations expérimentales, leur fonction dans la recherche de nouvelles voies de développement est très importante. Elles éclairent les orientations envisagées, et ouvrent le champ du possible, tout en fermant des voies qui s’avèrent des impasses.

Précaution

Précaution, un mot qui nous donne l'occasion de revenir sur un principe controversé, et de s'interroger sur la manière de communiquer des promoteurs du développement durable. Peut mieux faire !

Pas un jour sans qu’on en entende parler à la radio, que ce soit pour éviter des accidents de la route que provoqueraient des chutes de neige, ou pour lutter contre la propagation d’un virus. Après la grippe aviaire est venue la peste porcine ou grippe A, qui a apporté récemment une bonne contribution. Principe de précaution, Un mot à succès !

Procédure

Dans nos sociétés complexes, les procédures se sont multipliées. La créativité et la spontanéité en sont affectées. Faut-il tuer les procédures ?

La procédure a mauvaise presse. Lourde par définition, inadaptée,  elle provoque des obligations d'intérêt douteux, et détourne souvent de l'essentiel : le projet, le sens de l'action. C'est le royaume de la technocratie.

Procédure

Dans nos sociétés complexes, les procédures se sont multipliées. La créativité et la spontanéité en sont affectées. Faut-il tuer les procédures ?

La procédure a mauvaise presse. Lourde par Définition, inadaptée,  elle provoque des obligations d'intérêt douteux, et détourne souvent de l'essentiel : le projet, le sens de l'action. C'est le royaume de la technocratie.

Publicité

publicitSouvent critiquée par les écologistes, la publicité fait partie de notre univers. Comment en faire un agent de promotion du développement durable ?

Un mot aux nombreuses facettes. Dans le monde des affaires, ce sont les annonces légales sur les moments forts de la vie des entreprises qui font l’objet d’une publicité.

Quatrième

quatriemeLe débat sur les retraites oppose trop souvent les actifs et les inactifs. Cette division apparait aujourd'hui bien artificielle, voire abusive. Un nouvel âge, intermédiare, est né, et demande à être reconnu.

Regard

regard1Une loi sur l'adaptation au vieillissement est soumise au Parlement. Un vrai sujet de développement durable, pour lequel il est proposé de changer de regard.

Rentier

On dit souvent que la France est un pays de rentiers. Est-ce une bonne chose, pour le développement durable ?

Cultiver son jardin, voilà une attitude « durable », à condition d’adopter de bonnes méthodes de culture. Une exploitation qui permet à la fois de tirer un bénéfice immédiat et d’enrichir le sol, de maintenir une diversité biologique, de stocker l’eau qui tombe du ciel et d’offrir un paysage agréable.

Ressenti

Les études sont nombreuses et unanimes sur la convergence des intérêts, économiques, sociaux et environnementaux. Et pourtant, ce n’est pas le sentiment dominant, le ressenti le plus partagé. Le ressenti serait donc un frein à la progression du développement durable ?

Le mot est à la mode en matière météorologique. La température ressentie est souvent bien différente de celle mesurée par le thermomètre. Un éclairage introduit il y a quelques années, et qui est totalement adapté au sujet : chacun ressent, avec son corps, les éléments climatiques, avec la température mais aussi le vent et l’humidité. Il faudrait y ajouter l’historique, pour intégrer le degré d’accoutumance du corps, les changements brutaux accentuant le ressenti.

Risque


Le concept de risque est inséparable de celui de développement durable. On pourrait même dire qu'il en est une des dimensions constitutives.

Un développement durable est un développement qui ne rencontre pas d'obstacle, et qui ne porte pas en lui ses propres Limites. Cette approche ne suffit pas à décrire le développement durable. Il faut y ajouter une persepctive, un projet qui donne du sens au mot développement. Comme au football, il faut une défense et une attaque. L'attaque c'est la générosité avec sa part de risque, la défense, c'est de la rigueur pour réduire le risque.

Scepticisme

 

Le doute et le scepticisme sont souvent confondus. En matière de changement climatique, ils conduisent pourtant à deux attitudes opposées.
Le scepticisme recule. Il s’agit du réchauffement climatique. C’est ce qui a été dit, notamment, au cours d’une réunion d’Entreprises pour l’Environnement (EPE) sur l’adaptation au réchauffement climatique(1).

Sécurité

La sécurité est au cœur de nombreux discours politiques. A juste titre, à condition de ne pas se contenter de formules toutes faites et d’idées reçues. La sécurité revêt de nombreux aspects.

Le développement durable est avant tout l’exploration des avenirs possibles. Une avancée avec sa part d’inconnues et donc une aventure à risques, tout en sachant que l’immobilisme et les conservatismes sont les risques absolus. Pour réduire les risques, une politique de sécurité s’impose. Des règles du jeu qui encouragent la prise de risque tout en sachant raison garder. Le principe de précaution s’inscrit dans cette optique. Quelle décision face à des risques graves et irréversibles ? La culture du risque, indispensable pour innover et construire un développement durable, suppose des garde-fous. Le principe de précaution en est un, tout comme l’éthique demandée aux chercheurs et aux décideurs.

Soleil

Source d'énergie inépuisable, même à l'échelle géologique, le soleil est aussi notre lumière, nos jours et nos nuits, notre principal repère. Une relation à la fois utilitaire et affective, à cultiver pour notre bonheur.

Stratégie

 

Il n’y a pas que les mauvaises herbes qui ont la vie dure, il y a aussi les mauvaises stratégies. Ou des stratégies qui perdurent bien au-delà le leur temps utile. Des stratégies qui n’ont pas vu le temps passer…

Quel que soit le domaine concerné, la stratégie induit une série de décisions. Elle formate une organisation, les cultures des acteurs.

Talent

Le talent, voici une ressource qui ne s'use que si l'on ne s'en sert pas. Un concept bien intéressant, dans une société où l'on cherche une forme de croissance qui ne compromet pas le futur.

Nous approchons de la fin 2008, l’année où l’on a célébré le 40e anniversaire de mai 68. Une bonne occasion de remettre cet évènement marquant en perspectrive avec le développement durable.

Tarifs d’achat : Les renouvelables ont le dos large…

 Écrit par Vincent Boulanger le . Publié dans L'invité

 

Il faut se pincer pour y croire. Le sens d'une transition énergétique est de remplacer progressivement les énergies traditionnelles par des énergies renouvelables. La législation européenne s'est même dotée d'objectifs contraignants pour amorcer ladite transition. En toute logique, la part de marché des centrales électriques conventionnelles était appelée à diminuer.

Téléphérique

telepherique thomas q vIQc1v iEdI unsplashLa transposition d’une technique d’un univers à un autre est une des formes classiques de progrès. C’est juste un pas à franchir pour capitaliser des savoirs et des expériences, et leur donner une deuxième vie. Le téléphérique en donne une bonne illustration.

On pense tout d’abord à la montagne, où le premier téléphérique a été inauguré en 1908, sur le Wetterhorn, en Suisse.

Toit

Le toît est avant tout une protection, mais il s'avère aussi être un potentiel de ressources. D'une obligation faisons une opportunité.

Avec le toit, nous entrons de plain pied dans le domaine du double Dividende. Un double dividende qui tombe du ciel, mais qu’il faut se donner la peine d’aller chercher, et de concrétiser.