Wild Idea

 

Dan 0’Brien
Au diable vauvert, mai 2015



C’est un livre d’écologie pratique, le récit d’une success story. C’est aussi une vision de l’Amérique comme on l’aime, pleine de générosité et d’idéalisme, matinée de pragmatisme et de volonté farouche d’avancer.
C’est l’histoire d’un mec… Un passionné de nature et de faucons, un de ses premiers jobs étant de réintroduire des faucons pèlerins, alors en voie de disparition, « dans les falaises qui bordent le front des montagnes rocheuses ».

Il passe rapidement de la faune à la prairie, son milieu de vie, et prend conscience des nombreuses interactions entre les animaux et leur habitat. La place du bison dans cet environnement avait été dominante depuis la nuit des temps, jusqu’au jour où ils ont été exterminés ou presque, et où les cultures et élevages « européens » les ont supplantés. Il en résulte un appauvrissement et une érosion continue, que seule la réintroduction massive du bison pourrait enrayer, avec le développement attendu de la végétation d’origine, résiduelle aujourd’hui.
C’est le début d’une belle aventure, où l’économie, l’écologie et la santé humaine font bon ménage, même s’il est souvent agité. Car il faut un « modèle économique » pour développer le bison, même dans les plaines où ils ont vécu des millénaires. Il faut donc vendre la viande de bison, mais en les abattant loin des abattoirs, sans stress, et en conformité avec les lois sanitaires. Un premier ranch accueille cette aventure, amis les limites sont étroites, même si en Amérique le mot « étroit » n’a pas le même sens qu’en Europe. Une occasion se présente de changer d’échelle, il rencontre aussi des investisseurs potentiels, avec des fortunes diverses. Mais, malgré les difficultés, l’aventure perdure, et le nombre de bisons dans la prairie ne cesse de s’accroître. Une croissance bienvenue cette fois-ci, une fois n’est pas coutume.
Un livre d’aventure, de sociologie – on y partage une large tranche de vie d’une famille américaine – de géographie, d’ethnologie – les indiens ne sont jamais loin, avec les liens tout particuliers qui les unissent aux bisons -, d’écologie vécue. Un bon livre pour repartir après les vacances.

 

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé