Simplement bio, simplement bon

Valérie Cupillard
Terre vivante, 2017



Un livre de recettes, tout simplement, pour rester dans la logique du titre. Des recettes pour aider à mettre en pratique le développement durable, et bien sûr dans le plaisir. Car ce livre est aussi une démonstration que le développement durable, c’est du bien-être. Faire du bien à la planète, préserver ses ressources, réduire les émissions de toutes sortes qui dégradent les milieux et menacent les espèces, et en même temps, toujours pour rester dans l’air du temps, accroître son bien-être, se donner du plaisir, et faire aussi plaisir à ses amis, c’est à la portée de chacun. Le double dividende, il n’y a qu’à le vouloir.


Ce livre rappelle l’opération lancée en 2009 par le gouvernement danois pour trouver des recettes de cuisine économes en énergie. Des grands chefs ont été sollicités, et ils ont eu des révélations. Leurs recherches de nouvelles recettes les ont conduits à explorer l’univers du très peu cuit ou du cru, et ils ont eu la surprise de découvrir de nouvelles saveurs. Une discipline pour la planète conduit ainsi à des plaisirs inédits, quelle aubaine ! le « facteur 4 » au sens du club de Rome, deux fois plus de bien-être en consommant deux fois moins de ressources est parfaitement illustré en matière d’alimentation. Une excellente nouvelle quand on sait que le « manger » pèse à peu près le tiers de notre « empreinte écologique ». Sans parler de la santé, qui s’accommode bien ici avec le plaisir.
L’ouvrage de Valérie Cupillard commence par des conseils généraux, sur quelques ingrédients de base, le matériel de cuisine, quelques astuces pour se faciliter la vie et gagner du temps. Ce sont ensuite « 120 recettes végétariennes faciles et rapides au fil des saisons ». Vous y trouverez votre bonheur, que ce soit pour l’apéritif ou les petits plats et les desserts, en passant par les soupes et les salades. Quelques titres de recettes pour vous faire saliver : Brouillade au basilic en coquetiers de courgette, tatin de poivron rouge au thym, haricots verts au tempeh, sauce miel et noix, ou mousseux aux abricots et zeste d’orange, pour les recettes printemps-été ; cookies aux champignons, crème de céleri-rave aux amandes, châtaigne en persillade, dauphinois de patate douce, tortilla à l’oignon et sa crème d’algues, tian de courge miellée à la cannelle, pour l’automne-hiver. Respecter les saisons, c’est bon pour la planète, surtout en achetant des produits locaux, et c’est aussi bon pour nos papilles, le goût n’étant pas indifférent au temps et à la température.
Le progrès s’appelle Dédé, titre de mon dernier livre, est ainsi décliné dans l’univers de la cuisine : l’alimentation de demain, pour permettre à tous les êtres humains de manger convenablement, sera inventive et porteuse de bonnes surprises. C’est le vrai développement, qui peut prendre en outre des formes très différentes selon les régions ou les pays, en fonction des ressources et des cultures locales.

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé