Pour une sociologie de l’environnement

 

Bernard Kalaora et Chloé Vlassopoulos
Champ Vallon, 2013

« L’environnement a une histoire », qui nous est ici décrite. S’y mêlent la pratique, les connaissances scientifiques, les organisations administratives, l’opinion publique, et bien d’autres phénomènes.

« Pour une sociologie de l’environnement » relève d’une histoire des doctrines comme de l’histoire tout court d’un mouvement social. Au départ, une idée qui dérange : « l’évolution des connaissances scientifiques ont mis en défaut les catégories cognitives unidimensionnelles… » et sa corollaire, « la difficulté à ingérer à la fois les processus sociaux, biologiques et écologiques ». Vous l’aurez compris, la complexité est au cœur du concept d’environnement.
Celui-ci est récent, et il a du mal à se faire reconnaître, notamment de la sociologie, qui résiste notamment en France à l’ombre des grands fondateurs comme Durkheim. «  L’analyse des interactions entre les sociétés et leurs écosystèmes naturels ouvre un champ de recherche que ni les sciences sociales ni les sciences naturelles ne peuvent seules mettre convenablement en valeur, mais qui requiert une coopération transdisciplinaire ». Ajoutez la main mise, en France, de l’Etat et des grands corps d’ingénieurs, notamment du corps des mines qui a préempté très tôt la question des pollutions au détriment des acteurs de la santé, et vous aurez un tableau des obstacles que l’environnement a rencontré pour se faire reconnaître.
Diverses raisons d’ordre culturel ont ouvert des perspectives dans d’autres pays, comme l’Allemagne et les Etats-Unis, mais il reste que le caractère transversal de l’environnement a du mal à passer. Il a d’ailleurs été découpé en tranches, dans des institutions – notamment un ministère à géométrie variable, à partir de 1971 – marquées par des cloisonnements et l’histoire des organisations qui existaient avant. Chacun son domaine, même si on accepte de figurer sous le même chapeau. Lutte contre les pollutions, santé publique, protection de la nature, auront bien du mal à vivre ensemble et à se parler.
Deux approches vont cependant faire bouger les choses : l’importance croissante de la notion de risque - « La théorisation de la société du risque aura pour effet de conférer une légitimité sociale à l’environnement, entendu comme facteur de crise et de vulnérabilité des systèmes sociaux » - et les avancées des sociologues ruralistes, « passeurs entre différentes disciplines (agronomie, sociologie, écologie), mais aussi entre la recherche et les décideurs politiques ». L’interdisciplinarité trouve ainsi des failles qui lui permettent de progresser, et paradoxalement, de manière plus marquée « parmi les acteurs hors ministère de l’Environnement, plus favorables à l’idée de modernisation écologique, d’intégration de l’environnement dans le processus technique et d’une régulation négociée et collective plutôt qu’à l’idée d’une action normative autonome venant du ministère de l’Environnement ».
L’Environnement est resté un objet changeant, dont « la définition est largement dépendante du contexte, des traditions institutionnelles, de l’identité et du rapport de force entre les acteurs en présence ». Les auteurs illustrent cette fragilité à partir de plusieurs exemples, le paysage, les pollutions automobiles et agricoles, la canicule, et le dépérissement des forêts. L’Environnement en tant que discipline est ainsi dépendant de facteurs extérieurs, ce qui ne favorise pas la naissance d’un corps de doctrine spécifique. L’histoire se prolonge néanmoins, avec de nouveaux avatars, tels que le Grenelle de l’Environnement, la globalisation, le climat et la rencontre entre les développeurs et les environnementalistes, d’où est né le développement durable.
Un ouvrage remarquablement documenté, engagé, qui nous raconte une histoire et nous permet de comprendre les difficultés de voir naître et prospérer de nouveaux modes de pensée. L’histoire de l’environnement va bien au-delà de cette discipline, c’est aussi l’histoire moderne de nos civilisations.

 

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé