Le défi climatique - Objectif : 2°C

 

Jean Jouzel et Anne Debroise, Dunod, 2014


Tout ce que vous voulez savoir sur le changement climatique ! Tout est là, et facile à comprendre. Un exploit qu’il convient de souligner. L’ouvrage ne parle pas seulement du réchauffement lui-même, mais de l’histoire, des débats, des institutions concernées, à commencer par le GIEC, groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat, créé en 1988 par l’Office mondial de la météorologie (OMM) et le programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Le fonctionnement de cet OVNI de par sa composition, les polémiques qu’il a suscité, ses qualités et ses défauts, l’essentiel y est, tout comme les débats houleux que les « climatosceptiques » ont provoqués. Une époque révolue, mais qui a laissé des traces. Nous sommes arrivés « au temps des certitudes ».
Ça n’a pas été facile. Modéliser une quantité de phénomènes complexes relève de l’exploit, réalisé par des milliers de chercheurs mobilisés selon des procédures strictes dans le monde entier. De la Terre prise en compte comme une « boite noire » à des modèles intégrant les mouvements dans l’atmosphère et les océans, les rapports du GIEC (nous en sommes au 5e) ont gagné en précision. Ces progrès ont permis de fixer à 2°C la limite à ne pas dépasser. 2°C d’ici la fin de ce siècle, pour éviter les gros ennuis pour la planète et surtout pour ses occupants, l’humanité notamment. Dès maintenant le réchauffement climatique produit ses effets, notamment sur le climat et la biodiversité, mais s’il reste modéré, moins de 2°C, il semble que l’adaptation soit possible à un coût acceptable, économique et humain. Au-delà, c’est l’aventure, et les quelques avantages que le réchauffement peut amener ici ou là, comme l’amélioration des performances agricoles en Russie, seront repris par les effets de l’instabilité et des épisodes extrêmes, de plus en plus nombreux.
Pour rendre perceptible les effets du changement climatique, les auteurs nous décrivent les transformations déjà entamée et celles que l’on peut attendre, avec un zoom sur la France, métropole et outre-mer. Ils nous offrent une sorte de « foire aux questions », en évoquant une série de sujets tels que les effets du réchauffement climatique sur l’industrie, l’agriculture, la santé, les réfugiés climatiques, le niveau des mers, la biodiversité, la géo ingénierie, les canicules, etc. Un panorama très complet.
Comment relever le « défi climatique » ? Nous voici au cœur des grandes réunions internationales, avec Kyoto en vedette, et les « conférences des parties », ou COP, dont la prochaine, qui porte le N° 21, se tiendra à Paris en décembre 2015. Les difficultés à obtenir et à faire vivre des engagements nous apparaissent, alors que les économistes font valoir que l’action préventive sur le climat ne coûte pas grand-chose (un retard de développement économique (en termes de PIB) d’un an tous les 30 ans), et crée une dynamique : « Soyons clairs, cette lutte indispensable du point de vue du climatologue ne freinera en rien le développement économique, au contraire… »
L’objectif de 2°C n’est pas irréaliste. Les auteurs décrivent les nombreuses initiatives qui, dans des domaines comme l’habitat, le transport, l’agriculture, la production d’énergie et l’industrie, permettent d’être optimiste. Nous avons notre avenir entre nos mains, et il n’est pas trop tard. « De nombreuses personnes sur la planète sont en train de prendre ces initiatives, de saisir cette opportunité. Rejoignons-les, et poussons nos décideurs à s’engager ».

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé