Kit pour voyager en écotopie

Vincent Dubail
Editions Tana, 2020



Un livre militant, qui relève d’un programme politique, avec des mesures d’ordre pratique et sociétales. « Les constructeurs d’objets techniques les garantiront pendant 20 ans », ou « mise en place d’un service forestier, agricole, maritime et littoral sur le modèle du service civique » ou encore « gratuité totale des modes de transports propres en France » et bien d’autres propositions sur le quotidien. Elles côtoient des mesures structurelles, comme l’instauration d’une carte carbone, du revenu d’existence, ou la réduction progressive du temps de travail à 18h par semaine. Une approche radicale, pour promouvoir une vision de l’écologie politique comme une « pensée globale et systémique », se référant à de nombreux auteurs, avec une affection déclarée pour Fourrier, utopiste précurseur de la cause écologiste selon Vincent Dubail.
L’ouvrage commence par une réflexion sur le concept d’utopie, ses origines et ses avatars : « Nous avons assisté à la disparition des utopies et des idéologies, rendues inutiles par les victoires sociales et les gains rapides des conditions de vie ». Les impasses que nous rencontrons et les crises de toutes natures nous conduisent à « repenser une autre société ». La radicalité serait alors nécessaire pour opérer le changement salutaire.
L’écotopie, fusion d’écologie et d’utopie, vous l’aurez deviné, est notre voie de salut, mais elle peut contenir un « aspect rébarbatif », et il y a « le piège des fausses utopies ». Il nous faut du matériel pour tenter cette aventure, un « kit » en 6 parties, le carnet de bord, la boussole, la montre, l’encyclopédie de la nature, la carte et le couteau suisse. Il nous faudra en plus accepter de « renoncer à une part de nous-mêmes pour aller vers l’inconnu ». Un parcours « clivant, certes, mais possible ».
Sans entrer dans le détail de ce kit, notons que la boussole est constituée de 4 vertus cardinales pour l’être humain : le perfectionnisme moral, l’éthique de la responsabilité, la confiance et l’anticonformisme. Nous retiendrons aussi que « la vraie vie est ailleurs, mais pas dans le travail », et l’aspiration à une autre forme de république, « sur le modèle de la démocratie athénienne ».
Un ensemble de prises de position et de mesures assez attendues dans le champ de l’écologie radicale, parfois teintée de grandiloquence « Brandissons le flambeau de la révolution ! ». Un livre politique, qui renforcera sans doute les convictions de ceux qui sont déjà convaincus. Permettra-t-il de convaincre au-delà, et de donner envie du changement ?

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé