Je ne jardine que le week-end !

Sandrine Boucher et Alban Delacour, Terre vivante, 2015


Ecologie, plaisir et paresse. Trois nouveaux « piliers » du développement durable, voilà une bonne manière de prendre du recul par rapport à la vision moralisatrice trop répandue. Il est possible de faire du bien à la nature en se faisant plaisir, et quand on en a envie : Le hamac et ses joies sont bien là, au milieu de fruits de la terre, dans ce livre dont le réalisme est une des vertus cardinales.
Nous aimerions bien avoir un jardin, et y produire une part des légumes que nous consommons, mais comment faire, je n’ai pas le temps ! Sandrine Boucher et Alban Delacour apportent des réponses, dont chacun pourra s’inspirer, car chaque cas est, bien sûr, un cas particulier. Les titres des premiers chapitres sont explicites : Apprendre à ne rien faire, Tirer parti de l’existant, moduler les efforts, etc. Les stakhanovistes haïront donc cet ouvrage, tant pis pour eux. Les jardiniers qui disposent de tout leur temps pourront bien sûr faire aussi leur miel des conseils qu’il y trouveront.
C’est l’expérience, personnelle et celle des autres, au travers de nombreux échanges, qui apporte sa matière à ce livre pratique, dans tous les sens du terme. Il fourmille de recettes, pour préparer les sols, choisir les cultures, lutter contre les « indésirables », etc. La récupération et le recyclage sur place y sont rois, ça marche et ça ne demande qu’un minimum de travail. Vous trouverez aussi de bonnes recettes pour gagner du temps, et pour composer votre jardin de manière à réduire les interventions, et par suite les sujétions. Restons libres, tout en jardinant, une bonne philosophie de la vie.
« La bonne plante, au bon endroit », telle est la voie qui vous est proposée, avec de nombreux conseils, sur le paillage des sols, le choix de légumes faciles, l’aménagement de votre jardin et le travail du sol. Tout ça pour vous solliciter le moins possible, et stimuler vos alliés naturels que sont les vers de terre, les plantes qui renvoient les ravageurs à leurs chères études, et les nombreux insectes qui seront vos auxiliaires si vous savez les rendre heureux, et surtout si vous les laisser tranquilles.
Potager et jardin d’agrément sont au menu, toujours pour les paresseux, avec des rubriques s’intitulant « sans vraiment rien faire ». Tout un programme, courageux et à contre sens si l’on se souvient de la phrase de Pascal, «  le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre. » Mais la paresse se mérite. Elle s’organise, se prévoit, s’entretient. Quelques conseils à cet égard ne sont pas superflus pour ne pas passer à côté du plaisir. Faire confiance à la nature, savoir lui parler, « faire avec », c’est l’art du jardin. Un livre pratico-pratique, dont la philosophie déborde les fleurs et les légumes, et de loin. Il nous apprend à prendre notre temps, à l’organiser, pour ne pas en être l’otage. Une leçon de développement durable…

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé