En route pour l’autonomie alimentaire

Guide pratique à l’usage des familles, villes et territoires
François Rouillay et Sabine Becker
©Terre Vivante, 2020

 


Une affaire de lasagne. Un exemple, à Montcalm, dans le Gard, sur un ancien terrain de tennis en béton. Comment y produire 100kg de légumes en 100 jours ? Du carton, des déchets organiques récupérés aux alentours, du bois mort en décomposition, et un peu de terreau. Le tout étalé en couches successives sur le béton, et ça marche. Un sol nourricier de grande vitalité. Même dans des conditions difficiles, il est possible de « reprendre la main sur son alimentation », et de la produire, individuellement ou collectivement.
Le mouvement d’origine anglaise, incredible edible, traduit en français par « incroyables comestibles », est une source d’inspiration pour ce processus d’appropriation. Né en 2008 à Todmorden dans le nord de l’Angleterre, a été introduit en France en 2012 par un des auteurs, pour lutter contre la pauvreté et rendu célèbre par un écriteau « Food to share », nourriture à partager, planté devant des petits jardins créés un peu partout, dans des espaces réputés sans intérêt.
Le livre de François Rouillay et Sabine Becker est un guide pour aider les volontaires à se lancer dans ce type d’initiative, à partir d’expériences menées en France de 2015 à 2018. Reprendre la main sur son alimentation, mais aussi recréer le lien « de la terre à l’assiette », y compris dans des villes. L’autonomie mentionnée dans le titre est « la capacité d’un territoire urbain à produire une nourriture saine permettant de répondre aux besoins quotidiens primordiaux de ses habitants ».
Approche urbaine et agricole à la fois, avec pour objectif un « plan paysage nourricier » et en invitant les collectivités à remplacer progressivement les buissons décoratifs par des plantes productives en libre-service. De nombreux exemples sont évoqués, à Onex (canton de Genève, en Suisse), à Rennes, à Appietto (Corse), à St Philippe (La Réunion), à Sarcelles (Val d’Oise) ou au Val de Reuil (Eure), liste non limitative.
Le guide proposé dénombre 21 actions à enchainer, parmi lesquelles on notera la phytoremédiation, qui consiste à dépolluer les sols et les eaux avec des végétaux, et 7 clés pour la réussite, au premier rang desquelles on trouve une « vision commune partagée ».
Un glossaire, enfin, pour compléter le guide, dont le premier mot, par ordre alphabétique, est Aggrader, « acte d’enrichir les sols par différents moyens naturels issus de la biomasse ». Le contraire de dégrader, peut-on présumer. Un plus pour la planète, et une source d’alimentation pour les humains, un double dividende bienvenu !

Pour aller plus loin sur l'autonomie alimentaire : http://www.autonomiealimentaire.info/

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé