Du BEPOS au bâtiment responsable, tome 2

Le bâtiment responsable, le bâtiment augmenté
Alain Maugard
XPAIR, 2018

Alain Maugard nous propose deux approches pour la suite de Le BEPOS pour tous, le bâtiment responsable, et le bâtiment augmenté. Deux qualificatifs complémentaires ou qui peuvent le devenir si la volonté y est. Ce n’est pas gagné, mais c’est possible de faire du bâtiment un « producteur de liberté ». Les exigences que le contexte nous impose, énergie, carbone, biodiversité, nous conduisent à des transformations profondes dans nos modes de construire, et de conception des bâtiments et de leurs emplacements, de leurs organisations, offrant ainsi l’occasion d’une ouverture inédite. Une formidable occasion de mettre à profit nos connaissances et notre technologie, y compris le monde connecté, pour adapter logements et bureaux à la diversité des modes de vie, d’aujourd’hui et surtout de demain. L’adaptabilité, vertu cardinale du développement durable, est au cœur de la réflexion. Partons des besoins et des envies, plutôt que de références universelles et rigides. Un beau pari, qui n’est pas gagné, mais qui vaut assurément la peine d’être tenté.
Car c’est bien le mode de vie qui peut être durable, et non le bâtiment lui-même, dont la qualité doit être de favoriser ce mode de vie durable. Et il y a plusieurs modes de vie durables, et il y en aura encore d’autres demain.
Pour parvenir à cette conclusion, Alain Maugard déroule un développement très large, et balaie tous les grands thèmes. Un long chapitre sur carbone et énergie, notamment dans la phase de construction des bâtiments, et pour la production d’électricité. L’efficacité thermique des nouvelles constructions repose complètement l’équation carbone dans la durée. L’émergence du thème « biodiversité », nouvelle venue dans le domaine du bâtiment, fait l’objet d’une analyse approfondie, avec la recherche d’une forme de double dividende, pour gagner à la fois sur le carbone et la biodiversité, deux exigences fortes et incontournables. Mais il y a aussi le confort, pour éviter le piège de l’ascétisme, qui nous guette et rendrait impopulaire le nécessaire changement. Le confort thermique, avec un besoin de climatisation qui ne peut que s’accroître avec le changement climatique, et qu’il faut prendre en charge dans une stratégie zéro carbone. Le confort acoustique, la lumière du jour, et la lumière artificielle, la qualité de l’air et la ventilation.
Pour relever ces défis, plusieurs pistes. Une approche plus globale, permettant de rechercher des complémentarités, et des économies de surface en associant plusieurs fonctions. Optimiser les usages pourrait-on dire. Il y a aussi le bâtiment « augmenté » grâce aux nombreuses connections, qui peuvent nous faciliter la vie et nous dégager de certaines contraintes. Nous sommes bien dans une aventure à la fois technique et humaine, avec ses rebondissements et ses imprévus. « Bâtiment Augmenté, Internet des objets : libre ou esclave », Alain Maugard pose la question avec la conviction que la réponse n’est pas écrite et que le meilleur peut l’emporter sur le pire.
Vous trouverez dans ce livre une réflexion sur l’avenir d’un secteur clé dans la réussite des « transitions » que nous vivons, énergie, carbone, biodiversité, population, cultures et modes de vie.

Un livre téléchargeable

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé