Décryptez l’information. Pour ne plus vous laisser manipuler par les médias

 


Jean-Luc Martin-Lagardette
Editions Dangles

Eloge de la paresse ! plutôt que rédiger moi-même une note de lecture, je vous en propose deux, rédigées par d’autres personnes. Deux journalistes.qui ont lu et apprécié le livre de Jean-Luc Martin-Lagardette, lui-même journaliste et invité de ce blog. Une note de lecture qui prolonge son propos, et complète la présentation du mot Presse présenté dans ce blog.
.

 

Penser contre soi-même

L'approche d'Alain Maillard, rédacteur en chef de Edito+Klartext, magazine édité par les associations suisses de journalistes, 30 avril 2014

Et si on réhabilitait la recherche de la vérité ? C’est ce que propose le journaliste français Jean-Luc Martin-Lagardette dans un petit livre stimulant, « Décryptez l’information ». Son sous-titre semble le destiner au grand public, « Pour ne plus vous laisser manipuler par les médias », mais son contenu interpelle surtout nos pratiques professionnelles : la quête du vrai délaissée au profit de la rhétorique, l’autocensure, les désinformations involontaires. Les journalistes n’aiment pas l’admettre, mais ils ne peuvent pas ne pas être influencés de diverses manières – par leur formation, leur personnalité, les idées reçues de l’époque… Mieux vaut, nous dit-il, en avoir conscience pour s’efforcer d’en réduire les effets.
Non, il n’existe pas de vérité absolue ou d’objectivité parfaite. Néanmoins, dit Jean-Luc Martin-Lagardette, le public a besoin de sentir que nous sommes en quête de vérité. Ce que nous pouvons mettre en oeuvre, c’est ce qu’il appelle une « objectivité pragmatique ». Qu’est-ce que cela signifie en journalisme ? Une information vérifiée, dénuée de jugements, autour de laquelle on a recherché une diversité de points de vue – cette « intersubjectivité » qui selon le philosophe Karl Popper caractérise la démarche scientifique.
En d’autres termes, ce qui caractérise au mieux la démarche « véritale », c’est la recherche de la contradiction. A laquelle nous avons trop tendance à renoncer pour protéger ce qui détermine souvent nos sujets : « l’angle ». Il n’est pas illégitime d’en avoir un, comme le chercheur qui formule une hypothèse et la met à l’épreuve. A condition de savoir accueillir, ou mieux encore, traquer tout ce qui peut aller à l’encontre de cet angle, aussi bon fût-il au départ. Il s’agit d’apprendre, comme le disait Sartre, à « penser contre soi-même ». D’entretenir une culture du doute et du contradictoire.
Coordinateur du projet de création d’un Conseil de la presse en France, Jean-Luc Martin-Lagardette nous appelle à l’exigence personnelle : « Si nous avons le désir sincère d’échapper à nos présupposés, de lâcher les filtres qui déforment notre vision, il nous est absolument indispensable d’adopter une démarche autocritique impitoyable et de tous les instants. » Le pouvons-nous (encore) ?


Pour ne plus vous laisser manipuler, décryptez l’info

Le point de vue d'Eric Lombard collaborateur d'ouvertures, 31 mars 2014

Au terme d’une carrière de journaliste, Jean-Luc Martin-Lagardette, fondateur et rédacteur en chef d’Ouvertures pendant quatre ans, passe en revue les défis posés aujourd’hui aussi bien aux lecteurs qu’aux journalistes exigeants. Son testament, en quelque sorte.
Ce petit livre aux allures de Que sais-je ? devrait devenir le vademecum du citoyen un tant soit peu regardant sur la qualité de l’information. Grâce à l’explosion d’internet, tout est maintenant accessible, d’une manière ou d’une autre, mais la quantité d’information disponible est devenue un vrai problème. Rechercher l’information et la traiter demande des compétences et surtout beaucoup de travail. Peut-on se reposer sur les journalistes pour le faire à notre place ? Réponse : on n’a souvent pas vraiment le choix, mais apprenons à être critiques !
« Il y a toujours un intérêt à la source d’une information » nous met en garde l’auteur. Pas seulement dans le domaine de la « communication » dont c’est l’objet même, mais aussi dans les médias. Les techniques de manipulation et de désinformation sont nombreuses, de la pure et simple omission, la plus difficile à détecter, à la surinformation en passant par la déformation des faits.
Pour débusquer tous ces pièges, l’auteur nous conseille quelques exercices et livre un outil qu’il a élaboré et testé, la grille véritale. Néologisme qu’il revendique, car pour lui la recherche de la vérité est au cœur du métier de journaliste, et aussi du métier d’homme. Mais qu’est-ce que la vérité et comment la rechercher ? C’est l’objet d’un chapitre qui s’aventure dans les domaines de la science et de la foi, un peu loin du sujet annoncé, mais qui vise juste en mettant en lumière l’importance du débat contradictoire.
« Ose savoir », disait Kant. « Ne nourris pas ta pensée de denrées frelatées », nous dit ce livre. « Sache décrypter l’information qu’on te sert, ou fais l’effort de la produire par toi-même ». « Le temps du citoyen », exergue d’Ouvertures, est à ce prix !

 

 

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé