Antarctique, le continent du futur

Antarctique, le continent du futur
Sciences et vie Hors série, décembre 2011



Un document passionnant, qui présente ce continent si lointain, l’Antarctique. Un continent méconnu, mais d’une taille semblable à l’Europe, et dont dépend l’avenir de la planète.
Nous le savions depuis quelque temps, les carottes glaciaires que l’on extrait de la calotte entassée sur le socle rocheux nous permet de suivre l’histoire de la Terre depuis des centaines de milliers d’années. L’atmosphère qui s’y est trouvée piégée nous révèle la composition de l’air au cours des âges. On y trouve aussi des poussières originales, extraterrestres, des micrométéorites de quelques grammes récupérées en filtrant l’eau issue de la glace fondue. Des poussières de comètes, riches en informations.

L’antarctique nous aide à connaître le passé et l’origine de la Terre, mais il est aussi une des clés de l’avenir. 80% de l’eau douce à la surface du globe y est stockée sous forme de glace, sur plusieurs kilomètres d’épaisseur. Leur fonte pourrait provoquer une hausse spectaculaire du niveau de la mer, 66 mètres ! Et celle-ci est sans doute entamée, malgré le froid extrême qui règne en ces lieux. Les glaciers avancent vers la mer, et les satellites nous montrent qu’ils accélèrent depuis quelques années.
L’antarctique, ce sont aussi des courants marins d’une puissance fantastique, qui brasse l’eau des autres grands courants et distribue ainsi sa manne dans tous les océans. Salinité et température différenciées entraînent des échanges entre les niveaux de profondeur, dont les effets se font sentir à des milliers de kilomètres. Le système climatique mondial est ainsi tributaire des évènements qui se produisent à cette extrémité du monde. Le trou dans la couche d’ozone est un de ces phénomènes, bien identifié et qui continue malgré tout à surprendre les chercheurs. Son influence sur le régime des vents, particulièrement puissants en ces lieux, se fait sentir sur les courants, avec de nombreuses conséquences. La capacité de l’océan antarctique à capter le CO2 en dépend notamment.
L’océan antarctique est aussi d’une grande richesse biologique, ce qui explique, avec sa température, sa capacité à « pomper » le gaz carbonique. C’est un puits de carbone essentiel pour l’équilibre de nos climats, notamment du fait de la présence d’un phytoplancton abondant. C’est l’amorce d’une pyramide alimentaire où l’on trouve un crustacé miracle : le krill. Nourriture favorite des baleines, cet animal de quelques centimètres, cousin de nos crevettes, offre une biomasse extraordinaire à la fois en quantité et en qualité. Mais l’animal est fragile, sa pêche est délicate, et les prélèvements doivent être maîtrisés. Un enjeu géopolitique de taille, avec des répercussions sur l’alimentation de la planète.
Ajoutez le goût de l’aventure, avec l’histoire tragique des découvreurs du pôle Sud, il y a tout juste 100 ans, le 14 décembre 2011 précisément.  Et puis bien d’autres articles, par exemple sur le stress, les icebergs et l’astronomie. Vous aurez ainsi une idée de l’étendue de cette approche très bien documentée de ce continent de l’extrême, et dont notre avenir dépend. A ne pas manquer à l’heure où l’on sent pointer des velléités d’exploitation, voire des ambitions territoriales bien inquiétante.


 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé