Voyages mobilité

Automatique

Ah ! comme c'est bon, les mécanismes automatiques qui nous facilitent la vie, et nous libèrent de tant de petites tâches courantes. Mais attention à ne pas perdre le contrôle, et de se laisser guider par ces automatismes.

Un mot aux sens multiples, mais qui peuvent tous nous offrir un aperçu du développement durable. Partons de la voiture automatique. Peu développée en France, contrairement aux Etats-Unis, par exemple. Au banc d'essai, c'est une gourmande, elle consomme plus que sa soeur munie d'un changement de Vitesse. Ce serait donc un mauvais Choix ! Mais à la pratique, c'est le contraire que l'on observe. Où est l'erreur ? C'est qu'il faut prendre en compte le comportement du conducteur. Une variable qui change tout. La voiture automatique est apaisante, elle entraîne une conduite douce. Ou du moins elle ne pousse pas à la recherche de sensations que le changement de vitesse inspire. La technique sans le comportement, ou l'inverse, deux approches réductrices, qui ne traduisent pas la complexité de la vie et conduisent à des contre sens, des erreurs d'Analyse. Le développement durable nous invite à croiser ces dimensions, et à étudier leurs combinaisons, leurs interactions.

Autre sens du mot « automatique », ou plutôt « automatisme ». On pense alors aux régulations. Tout Système doit être régulé, pour faire des Economies, comme pour le chauffage, par exemple, ou tout simplement pour ne pas exploser, pour éviter des Dérives. On a vu la bourse s'emballer faute de régulation des ordinateurs qui donnaient des ordres « automatiques », en réponse aveugle à certaines Informations : c'est alors la Fuite en avant, avec tous les Risques qu'il comporte. Les Vertus de l'automatisme doivent être sous surveillance, et ne peuvent s'affranchir d'un contrôle humain. Dans le même ordre d'idées, tout ce qui est l'application automatique d'un ratio ou d'un pourcentage mérite une attention : le mérite de la simplicité ne doit pas faire oublier ses Limites. La rémunération au pourcentage illustre bien le défaut de ce système : pourquoi faire des efforts d'économies en consommations ou en travaux, si c'est au détriment de ceux qui les prescrivent ? L'économie comme l'écologie peuvent être victimes de ces automatismes, fondés non pas sur la Qualité des prestations et du Travail, mais sur la quantité de matières dépensées. Les Ressources de la planète sont victimes de ces automatismes.


Chronique mise en ligne le 22 février 2006


Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé