Skip to main content

Les territoires oubliés

Un futur désirable
Ariella Masboungi et Guillaume Hébert
Aux éditions du Moniteur, avec le Club Ville aménagement, 2024

Le dictionnaire du développement durable a souvent exprimé sa conviction que de nombreuses réponses aux défis que nous affrontons existent déjà ici et là, au sein de la société dite « ordinaire », avec ses citoyens, ses collectivités, ses entreprises. Une force d’initiative et une volonté d’avancer se manifeste ainsi, et il serait coupable de ne pas observer les résultats obtenus loin des experts et des sachants traditionnels. Les « territoires oubliés » à l’écart des circuits et des réseaux dominants forment à cet égard des « laboratoires essentiels du changement » comme le signale Pierre Veltz en commentant l’introduction. Dans les sabots d’Hélène, Georges Brassens avait trouvé les pieds d’une reine ; Ariella Masboungi et Guillaume Hébert, avec le Club Ville aménagement ont eux aussi trouvé des merveilles dans les territoires oubliés. Nous le ressentons dès la préface : « Peu à peu, nous comprenons que la densité des territoires oubliés n’est faible que du seul point de vue comptable. D’autres lectures et d'autres systèmes de valeurs nous permettent au contraire de voir qu'une population clairsemée peut dissimuler une très grande densité de relations, de ressources, de richesses naturelles et agricoles etc. »
L’exploration de ces « territoires en perte de vitalité, pas forcément pauvres mais en souffrance », nous est présentée à partir de 8 défis, qui nous permettent de découvrir « une richesse et un potentiel inouï », bien « au-delà d'une vision romantique idéalisée du monde rural et des territoires périurbains ». De nouveaux modèles de développement et d’aménagement existent, les auteurs les ont rencontrés. Eric Bazard en tire une conclusion opérationnelle dans la postface : « Prendre des risques, oser changer de modèle ».

Rapide survol de ces 8 défis, dont l’exposé est à chaque fois l’objet de commentaires et de nombreuses illustrations : Oser l’urbanisme en campagne, dialoguer avec l’Europe, s’inspirer de la Suisse, rechercher et expérimenter, faire de l’agriculture un partenaire, considérer le rôle écologique des territoires, faire émerger des modèles d’aménagement adaptés, redéfinir les politiques publiques.

Notre périple nous entraîne dans diverses régions de France, Auvergne, Alpes, Ile-de France, Alsace, Bretagne, et chez nos voisins de Suisse, d’Italie, d’Espagne et du Portugal. Une moisson d’expériences et de témoignages dont le point commun est le génie du lieu, à valoriser, plutôt que d’aller ailleurs chercher des modèles. Des économies centrées sur l’individu et l’intensité des relations. De nombreuses expressions rendent compte de l’esprit qui y règne : reconversion et réemploi de l’existant, travail incrémental, reconnaissance des petites qualités et urbanité en mode mineur, greffe, projet alimentaire territorial, plan de paysage, conciergerie rurale, densité sociale, l’eau comme fil conducteur, labellisation, récit national, visions locales, capacitation, et bien d’autres. « Une diversité de modèles comme une richesse ».

  • Vues : 158

Ajouter un Commentaire

Enregistrer