• Accueil
  • Chroniques
  • Les invités
  • A quelle vitesse s’écoule le temps ? ou de la perception subjective du temps chez les mortels

Écrit par Nicolas Curien et Caruso Celinni le . Publié dans L'invité

À Maurice Ravaille, in memoriam.

Qu’est-ce donc que le temps ?
Si personne ne me le demande, je le sais.
Mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer, alors je ne sais plus.
Saint-Augustin

PROLOGUE

nicolas-curienDans mes jeunes années, j’ai occupé un poste de répétiteur de mathématiques à l’École nationale d’administration. C’est là une position à peu près aussi prestigieuse, enviable et valorisante que celle de conférencier en droit constitutionnel à l’École Polytechnique ! À l’ignorance crasse des élèves, s’ajoutait agréablement leur profond désintérêt pour la matière, doublé, pour ne rien gâcher, d’un arrogant mépris : « Mais enfin, Monsieur, à quoi tout cela sert-il ? ».

Afin de soulager quelque peu mon calvaire, à moins que ce ne fût par pur esprit de vengeance, il m’arrivait de soumettre à mes étudiants quelque question plaisante, qu’ils ne manquaient jamais bien-sûr de prendre au sérieux, craignant une incidence fâcheuse sur leur évaluation. Parmi mes questionnements favoris, celui-ci figurait en bonne place :
À quelle vitesse s’écoule le temps ?

Ignorant moi-même la réponse, je me plaisais à imaginer l’improbable, à rêver qu’une fulgurance un jour jaillisse d’un de ces puissants cerveaux de la future élite de la Nation. Je dois reconnaître que, sur cet aspect au moins, je ne fus point trop déçu : j’obtins nombre de retours stimulants, chacun à sa manière. Voici un florilège.

La vitesse du temps est nulle car, à l’évidence, il ne s’écoule pas : dans quel réceptacle se déverserait-il ?

  • Le temps s’écoule à une vitesse infinie, puisque l’instant présent n’est pas sitôt apparu qu’il a déjà disparu.
  • Le temps s’écoule à la vitesse unité : une seconde par seconde, une minute par minute, une heure par heure, un jour par jour, un mois par mois, un an par an, etc.
  • Le temps s’écoule à la vitesse d’un « vingt-quatrième de tour de la terre autour son axe » par heure... à moins que ce ne soit l’inverse.
  • Le temps est fixe et c’est l’espace qui traverse le temps ; mais plus ou moins vite, selon que l’on est à pied ou en TGV.
  • La vitesse du temps est variable : lente quand je m’ennuie ou quand je suis dans l’attente, rapide quand je m’amuse ou quand je suis occupé.
  • Je me suis renseigné : cette question n’est pas au programme de l’ENA. Je n’ai donc pas à y répondre.

 …

NICOLAS CURIEN & CARUSO CELINNI – 4 JANVIER 2014

Télécharger l’article complet au format PDF

 

Mots-clés: invité

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé