Retour sur terre

La planète Mars fait rêver. Les américains et les chinois notamment rivalisent pour y aller les premiers. Le mot clé est "conquête". La conquête de l'espace est portée au pinacle. Sans doute l'influence de Star war, ce vocabulaire militaire. Pourquoi conquête, alors que le mot "exploration" aurait été, semble-t-il, plus approprié. S'agit-il de s'approprier de nouveaux territoires, de nouvelles ressources, ou de mieux comprendre les origines et le fonctionnement de notre planète, dans le système solaire ? Il est difficile de ne pas voir dans le mot "conquête" un relent de colonialisme, et derrière une nostalgie, celle du monde infini. Nous prenons conscience, progressivement et sans doute trop tentement, de la finitude du monde, de ses limites. La croissance, telle que nous l'avons connue jusqu'à présent, est remise en cause par cette constatation. Comment croître indéfiniment dans un monde fini ? Le réflexe est donc de "repousser les murs", de conquérir de nouveaux espaces comme l'ont fait en leur temps nos prestigieux colonisateurs. Deux concepts, donc, derrière le mot "conquête", l'appropriation de ressources, et le prolongement d'une croissance "comme avant", par expansion indéfinie. Deux concepts que l'on pouvait espérer confinés au monde d'hier, et qui tentent de retrouver une légitimité en s'appuyant sur le prestige de la recherche spatiale. Celle-ci est nécessaire et fort utile pour mieux connaître la planète Terre, et ouvrir de nouvelles voies de progrès et de croissance. Une croissance d'un autre type, fondée sur la connaissance des mécanismes biologiques, géologiques, et physico-chimiques, et la qualité des relations humaines. L'ancienne croissance consistait à créer de la valeur en exploitant de nouvelles ressources, quitte à aller en chercher dans des conditions toujours plus risquées. C'est ce que nous faisons depuis toujours, avec une nette accélération depuis la révolution industrielle. Dorénavant, il va falloir tirer le meilleur parti des ressources naturelles disponibles, et considérer le génie humain comme la ressource privilégiée, une ressource dont nous ne connaissons pas les limites. Le développemenf durable est la recherche de ce nouveau modèle de croissance, qui intègre pleinement la finitude du monde pour ouvrir de nouvelles perspectives à l'humanité. Bonne année 2020, sous le signe de cette nouvelle croissance !  

Edito du 1er janvier 2020

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé