Protéger ou soutenir ?

Dans sa tribune aux européens, intitulée "pour une renaissance européenne" et publiée dans la presse des 28 pays membres, Emmanuel Macron fait largement appel au mot "protéger". Un mot surprenant dans la bouche d'une personne qui prône la prise de responsabilité, et qui affirme qu'il ne faut pas tout attendre de l'Etat. Le mot "Protection" renvoie inéluctablement à la fragilité, ou la faiblesse. On protège le faible, et non le fort, alors que l'Europe est la deuxième puissance économique du monde. Il y a des populations fragilisées en Europe, bien sûr, et elles doivent être remises à flot, mais est-ce en les protégeant ou en les soutenant ? Protéger est statique et conduit à un repli frileux, alors qu'il faut avancer, et qu'un soutien s'avère nécessaire pour s'adapter aux nouveau monde, et à la finitude du monde.

Ce cadre exclut toute fuite en avant qui reporterait le problème à plus tard. Il faut affronter la transition vers une croissance du bien-être associée à une réduction des prélèvements de ressources. Une transition pour laquelle l'Europe, vieux continent dont la richesse est essentiellement humaine, est bien placée. Plutôt qu'une protection, qui suscite l'angoisse, c'est un soutien dont les européens ont besoin, pour susciter l'espoir. Un soutien pour entrer dans le "monde nouveau" qui se dessine, et surtout pour contribuer activement à son émergence, pour faite en sorte qu'il soit plus avenant que l'ancien, plus équitable, plus humaniste et plus riche en perspectives. Monsieur le Président, oubliez le terme "protection" (1), sauf pour les plus démunis. Préférez le terme "Soutien", qui s'ouvre sur l'avenir, un avenir à imaginer et à construire, et qui ne peut l'être dans un climat de crainte et de compétition généralisée. L'Europe de demain que vous appelez de vos voeux se construira dans un esprit de coopération et de mise en commun de nos expériences. Il y aura des échecs inévitables qu'il faudra assumer, mais aussi des avancées qu'aucun pays ne pourrait réussir isolément. C'est une grande aventure que d'imaginer un monde où croissance du bien-être, du "pouvoir de vivre", doit se conjuguer avec respect de la planète. La bonne santé de l'humanité et celle de la Terre vont de pair, mais c'est une révélation récente dont nous n'avons pas encore tiré toutes les conséquences. L'Europe doit faire de cette nécessaire mutation son projet, et soutenir ses habitants, ses nations, ses cultures, pour avancer hardiment vers le futur.

 

1 - Voir notamment sur ce point "La politique, la peur et le développement durable"

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé