Un cadeau intelligent pour Noël

Le grand débat sur la rénovation des bâtiments s’est ouvert le 20 décembre dernier, avec (presque) toutes les parties intéressées. Un absent de marque, en effet, autour de la table, le ministère de la santé. Comme si on rénovait pour le bénéfice de la planète, et pas pour celui des humains. La mauvaise qualité des logements est source de nombreux problèmes de santé, notamment l’hiver quand la précarité énergétique se fait sentir. De nombreux travaux en attestent, et une étude anglaise a chiffré les couts sanitaires : 3 fois les budgets nécessaires pour la réhabilitation. Au moment où l’on cherche à faire des économies d’argent public, voilà une bonne affaire, mettre plus de moyens pour améliorer l’habitat, pour réduire les dépenses de santé.

Faut-il encore qu’il y ait une vision globale des finances publiques, pour comprendre que telle dépense dans un secteur produit des économies dans un autre. Toute politique sectorielle a des effets dans d’autres secteurs, bons ou mauvais, et il importe de faire un bilan consolidé des budgets adoptés. Le décloisonnement (1) des politiques est à ce titre une condition du bon usage de l’argent public, et une piste à suivre pour réduire les prélèvements. C’est là où nous attendons des progrès, dans la gouvernance de l’Etat, et non dans une recherche d’économie secteur par secteur. C’est là où se trouvent les gisements d’économies. Une déclinaison du "double dividende". Un beau cadeau en perspective, merci Père Noël, pour peu que nous sachions le chercher !

 

 

1 - Voir Cloisonnement dans ce dictionnaire

Edito du 26 décembre 2018

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé