La défense et l'attaque

C'est comme au football. Il faut une défense et une attaque. Le développement durable a développé une défense, en mettant en évidence tous les malheurs qui nous attendent si nous continuons comme avant. Et les crises que nous vivons nous en donnent un aperçu, y compris les manifestations de secteurs économiques menacés, et qui malgré cela refusent de changer. Mais l'attaque, la capacité à marquer des buts, fait dramatiquement défaut. Aucun discours mobilisateur, qui donnerait envie aux entreprises comme aux citoyens/consommateurs de se lancer dans une aventure enthousiasmante. L'absence de perspective engageante face au spectre des catastrophes ne pousse pas au passage à l'acte. Bien au contraire, c'est le repli et l'attentisme qui prennent le dessus. Nous ne sommes pas obligés pour autant de "faire nous-mêmes notre malheur". Le mot Malheur présenté cette semaine est à prendre dans ce sens. Nous pouvons arrêter de faire les mauvais choix, et retrouver ainsi des marges de manoeuvre nécessaires pour explorer des futurs inédits, attractifs bien sûr. C'est le sens des mots présentés en janvier, Mythe, Préparation, Trou et Malheur, de montrer le besoin à la fois de remettre en cause de fauses certitudes et de donner un sens renouvelé au progrès. Pour "une vie happy" !

 

Edito du 27 janvier 2016

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé