Etats et multinationales

L'inquiétude est grande de voir l'influence des grands groupes prendre le pas sur les législations nationales. Les puissances économiques deviendraient ainsi dominantes dans tous les domaines de la vie publique, au-delà du strict champ de l'économie. C'est un sujet souvent abordé dans le cadre des négociations commerciales entre les Etas-Unis et l'Europe, avec la crainte que les Etats abdiquent leurs responsabilités et soient à leur tour soumis aux droits privés du commerce international. Le "gouvernement mondial" serait ainsi exercé de fait par les multinationales, avec des règles du jeu qu'elles dicteraient elles-mêmes. Adieu, dans ces conditions, la démocratie sous toutes ses formes, et le droit des citoyens à décider collectivement de leur sort. La puissance commerciale de ces groupes est déjà assez grande pour ne pas ajouter un contrôle des lois nationales ! Et bien, cette tendance vient de connaître un revers. L'Urugay, avec ses 3,3 millions d'habitants, vient de gagner spn combat devant le groupe de tabac Philipp Morris. C'est un arrêt de tribunal arbitral de la banque mondiale qui rejette le recours du marchand de tabac contre des dispositions prises par l'Uruguay en matière de santé publique. Ouf ! Les Etats peuvent toujours promulguer des lois en ce domaine, même si elles contrarient certains intérêts privés. Une bonne nouvelle, qui fera jurisprudence, espérons-le. Les vacances commencent bien !

 

Edito du 13 juillet 2016

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé