Du bon usage du coiffeur

C’est une sorte de retour aux sources que le mot "coiffeur" inspire, puisque ce « dictionnaire » a été initié par un mot de la même famille : Shampoing. L’actualité politique nous renvoie au roman de Marcel Aymé, Travelingue, situé à l’époque de la 3e république finissante. Le coiffeur imginé par Marcel Aymé était le conseiller de tous les hommes politiques (il n’y avait pas de femmes politiques à l’époque), de quelque couleur qu’ils soient. Son arrière boutique (back office, dirait-on aujourd'hui) acceuillait ces hôtes de marque, toujours dans l'urgence. Il faisait les gouvernements et distribuait des légions d’honneur. Sans doute représentait-il le lien, si difficile à établir et à maintenir, entre la sphère du pouvoir et la perception par « le peuple » de la vie quotidienne. Un tel coiffeur aurait bien mérité les émoluments étonnants du coiffeur de François Hollande, et aurait été autrement plus pertinent. Mais peut-être ce fameux coiffeur est-il aussi un conseiller politique… Une forme de double dividende, un figaro aux deux vertus, capillaires et politiques.

Edito du 20 juillet 2016

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé