Une autre agriculture est possible

Le modèle économique d'une agriculture "extra territoriale" est obsolète. Ses produits, dont le choix est dicté par les cours mondiaux, sont destinés aux marchés internationaux . Les conditions de production sont artificielles, ne tiennent pas compte des atouts spontanés des terroirs, et lui imposent des aménagements contre nature. Des exploitations agricoles manquent d'eau ? Oui, avec des productions gourmandes en eau, mais n'y a-t-il pas d'autres modes de valorisation, avec des cultures moins assoiffées ? Le développement durable incite à s'appuyer sur le socle des caractéristiques du terrain, qu'il convient de valoriser au mieux. "Faire avec le plus possible, contre le moins possible", disait le paysagiste Gilles Clément. Une sagesse exigeante, qui fait référence à la connaissance fine du terroir, et à l'imagination, l'esprit d'entreprise, pour trouver le modèle économique adapté. La mort brutale d'un jeune écolo fera-t-elle progresser cette sagesse, qui aurait du être paysanne ?

Edito du 29 octobre 2014

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé