L'évaluation, bien sûr, mais sans exclusive

Dans un référé sur les "Agendas 21", rendu public le 25 septembre 2014, la Cour des comptes regrette notamment « l’absence fréquente d’indicateurs de résultats et de toute évaluation financière, ex ante ou ex post, de leurs effets ». Bien d'accord avec cette exigence, qui pourrait utilement être réciproque : une évaluation environnementale, ex ante ou ex post, des décisions budgétaires, ainsi que des programmes de développement et d'aménagement, permettrait de mieux comprendre les effets patrimoniaux des orientations retenues, et leurs conséquences sur les ressources et le cadre de vie.

Edito du 1er octobre 2014 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé