La France de demain

« Faire AVEC le plus possible, CONTRE le moins possible », nous dit le paysagiste Gilles Clément. Il semble que cette formule de sagesse ne soit guère partagée par ceux qui imaginent « la France de demain », politiques, administrations et professionnels. Alors qu’une large majorité de Français souhaitent habiter en maison individuelle, tout ce petit monde n’a qu’une idée en tête, promouvoir l’appartement en zone dense. La ministre du logement a présenté le 14 octobre dernier dix orientations pour « habiter la France de demain ». Une vision du futur issue d’une large consultation des milieux concernés et de 4000 français.

France 2030

Eclairer la route, voilà une bonne initiative. J’avoue ne pas avoir compris quel est le statut du plan France 2030, qui semble issu de concertations avec le monde économique, mais il a le mérite d’offrir un cadre et des objectifs, que chacun pourra apprécier. Nous sommes loin, malgré tout, des travaux de l’ancien commissariat général au Plan, avec ses commissions largement ouvertes, y compris à la « société civile ». Nostalgie…

Energies et élection présidentielle : Pour un débat de qualité.

Les campagnes électorales sont des moments riches en débats. Excellente chose, s’il s’agit de mieux comprendre les enjeux et d’aider à des choix collectifs, mais aussi danger si le combat politicien, au mauvais sens du terme, s’empare de sujets sensibles dans le simple but de « faire des voix ». Des sujets sensibles, et souvent complexes, où la vérité n’est pas évidente, avec de nombreuses interactions et quelques principes de réalité en contradiction avec les rêves que nous pouvons faire, les uns et les autres.

Climat : le coût de l’inaction

Nous savons depuis longtemps que la plus grande part des réserves d’hydrocarbures connues devront rester dans les profondeurs de la terre et des océans, si nous voulons lutter efficacement contre l’effet de serre. Le bon sens voudrait alors que les efforts de recherche se déploient dans de nouvelles directions, les terres rares par exemple, dont nous aurons besoin pour justement sortir du pétrole. Et bien non, malgré de nombreux avertissements, y compris des organismes les plus autorisés en la matière comme l’agence internationale de l’énergie (AIE), les investissements continuent pour chercher de nouveaux gisements, dans des milieux de plus en plus éloignés, fragiles et coûteux à exploiter.

100 euros pour l’énergie

Le prix de l’essence augmente, ceux du gaz et de l’électricité aussi, mais c’est bien le premier qui semble le plus sensible. Le souvenir des gilets jaunes est encore vivace. La réaction du gouvernement est d’augmenter de 100€ le chèque énergie. Bonne idée de réduire la charge des foyers les plus modestes, mais ce n’est pas la seule réponse possible. Une autre voie est d’aider les intéressés à réduire leur consommation, sans perte de qualité de vie bien sûr.