L'indicateur humain

Les arrêts-maladie, voilà un nouveau sujet de préoccupation. Ils augmentent sensiblement d'un peu plus de 4% par an, et il semble que ce taux augmente encore. Première réaction, sans doute comptable, du côté de l'administration : où trouver l'argent ? Et ensuite, émotion chez les patrons, qui craignent devoir payer la note, chez les syndicats, qui craignent de voir de nouveaux jours de carence se profiler, et enfin chez les médecins, accusés de complaisance, bien entendu. La vraie question est ailleurs, et tout le monde le sait.

Des idées nouvelles

Je lis dans la presse que les partis politiques, en cette rentrée, sont à la recherche d'idées nouvelles. Sans doute des idées qui ne dérangent pas trop, qui ne font pas peur à l'électorat. Le développement durable devrait être un vivier où ces idées nouvelles abondent, mais force est de constater que ce n'est pas là que les pêcheurs d'idées lancent leur canne. Peut-être parce que l'image du développement durable est trop associée à des malheurs, avec un volet défensif omniprésent, pas très attractif. Et pourtant le développement durable est une source inépuisable de changements bénéfiques, du gagnant-gagnant. Prenons juste un exemple, pour illustrer le propos. Au lieu de "travailler plus pour gagner plus", voici une ligne directrice prometteuse : travailler mieux pour vivre mieux. En ne changeant que deux mots, nous sommes revenus à l'essentiel, vivre mieux. Gagner plus n'a aucun intérêt si ce n'est pas pour vivre mieux, et il peut y avoir d'autres manières d'y parvenir, notamment une réponse mieux adaptées à nos besoins et à nos envies. Le travail est toujours au coeur de la réflexion, mais pas dans un but exclusif de gagner de l'argent pour consommer plus.

La justice au secours de l'environnement

Pendant les vacances, la justice continue. Une justice très intéressante, il s'agit de la justice climatique, chère à Christian Huglo, et c'est aux Etats-Unis d'Amérique. L'administration souhaitait mettre un terme à une action engagée par une ONG, "Our children trust" et 21 jeunes plaignants, contre l'Etat Fédéral. Ils estiment que leurs droits fondamentaux sont en danger du fait des subventions de l'Etat fédéral aux énergies fossiles. Et bien c'est la cour suprême des Etats-Unis qui a tranché, le 30 juillet dernier : la requête est légitime, et la demande d'interruption est rejetée, à l'unanimité des juges. ce n'est pas le procès sur le fond, qui est prévu d'ici la fin de l'année, mais c'est une avancée considérable dans le droit américain.

Immigration ou robots ?

L'absence de confiance en soi et en sa valeur conduit à des situations rocambolesques. Les pays que nous apppelions l'Europe de l'Est, connaissent une forte croissance, et une pénurie de main-d'oeuvre. Mais ils ont peur des immigrés, qui pourraient les aider à résoudre ce problème, mais qui pourraient aussi remettre en question leur civilisation. La solution ? les robots. La machine plutôt que des hommes. La peur de l'autre fait des ravages. L'immigration, à la rigueur, mais des Philippins, de culture chrétienne, plutôt que des syriens, même si le niveau de compétence et les possibilité de retour seraient plus favorables.

Quelles solutions durables pour la canicule ?

Lutter contre la canicule sans l'aggraver. Un défi caractéristique du développement durable, trouver des solutions pour aujourd'hui qui ne soient pas les problèmes de demain. La climatisation est fortement consommatrice d'énergie. Il en faut beaucoup plus pour réduire la température d'un degré que pour la faire monter du même degré. La climatisation comme solution à la canicule répond au problème immédiat, et encore bien partiellement, et pas pour tout le monde, mais elle accentue la consommation de carburant fossiles, les renouvelables et le nucléaire (handicapé pour cause de difficultés de refroidissement des centrales) ne pouvant fournir.