CO2 : Des gains immédiats à engranger

Moins 35% de CO2 en 2030. Tel est l'objectif retenu par l'Union Européenne concernant les voitures neuves. Ce n'est pas assez pour atteindre les niveaux recommandés par le GIEC, surtout en tenant compte du temps de renouvellement du parc. Comment accélérer ? Une décision pourrait aider à progresser, et à faire des économies. Réduire la vitesse maximale des voitures. C'est là encore l'Allemagne qui bloque. Et pourtant, une voiture conçue pour faire du 180 à l'heure, et parfois bien plus, pèse sensiblement plus lourd qu'une autre qui ne dépasserait pas 150 à l'heure, pour se donner une marge au-delà de 130. Beaucoup d'organes du moteur et surtout de sécurité pourraient être allégés, ce qui réduirait considérablement la consommation.

Un autre climat est possible

Le dernier rapport du GIEC est une nouvelle alerte, mais aussi une ouverture : un autre climat est possible. La situation est grave, mais pas désespérée. Le parallèle peut être fait avec la couche d'ozone. Autre phénomène atmosphérique, qui ne trouve de solution qu'à l'échelle mondiale, pris en charge avec un protocole international. Il faut du temps et des engagements fermes, mais les résultats sont là, le "trou" a cessé de progressé, et la couche d'ozone se reconstitue. Autre exemple d'action collective susceptible de donner des résultats : le thon rouge. Espèce très affectée par une surpêche dans les dernières années du précédent millénaire, et qui a fait l'objet d'un plan de restauration en 2007.

La qualité ne se cloisonne pas

Pour qu'elle soit une réussite, la rénovation doit porter sur toutes les dimensions de la qualité du logement. Le message est clair, et ce n'est pas la première fois qu'il est publié.  Cette fois-ci, c'est un sondage IPSOS réalisé pour Qualitel et présenté le 25 septembre dernier qui l'affirme. Les attentes ne portent pas sur le climat, mais sur le confort et la qualité de vie. Le climat, bien sûr, tout le monde est conscient des enjeux, mais c'est bien loin de nos préoccupations quotidiennes. Et pourtant, tout le discours de l'Etat est concentré sur le climat, tant pis pour les préoccupations des principaux intéréssés, les occupants de ces logements à rénover.

Une dynamique pour les déserts

La lutte contre les déserts médicaux est une priorité affichée par le gouvernement, bravo. Mais comment faire si des territoires restent peu attractifs, en dehors du temps et même de l'espace, loin de tout, dépourvus de services et d'équipements ?  L'objectif est de redonner vie à des territoires délaissés. C'est vrai de certaines campagnes, mais aussi de certains "quartiers". Ces territoires se sentent abandonnés à leur sort, à l'écart du monde moderne. Il n'y a pas que les médecins qui ne veulent pas y aller, de nombreuses professions les ont désertés depuis longtemps, de nombreux services publics ou privés.

L'Europe et la mémoire des peuples

Les peuples ont une histoire, ils ont aussi une mémoire, bien vivace, au-delà des individus qui les composent. La plupart d'entre eux sont nés bien après les évènements dont ils gardent une mémoire prompte à de révéler, comme en témoignent notamment les conflits dans les Balkans. L'esclavage a aussi marqué durablement les esprits, comme les colonisations. Les relations de la France avec l'Algérie sont profondément influencées par l'histoire, la colonisation elle-même et la guerre d'indépendance. Plus de 50 ans après, la moindre prise de position sur ces évènements provoque de nombreuses réactions. L'affaire est sensible.