Toujours plus grand !

C'est la manie du moment. Toujours plus grand. Curieuse inclinaison, alors que la demande la plus largement exprimée concerne le contraire : la proximité. Nous avons des maxi-ministères (je ne parle pas des ministères ad hoc ou de circonstance, mais de ceux qui gèrent les grands dossiers) avec leurs directions générales, des maxi-régions, des fusions des petites communes, et maintenant une fusion des arrondissements centraux de Paris, jugés trop petits eux aussi.

Les commentaires récents

  • Invité - Yves Poss

    Nouvel exemple dans ma filière bois, ultima Barbarorum, comme aurait dit Spinoza: l'adoption par l'ONF (par son directeur général, et sa tutelle de l'environnement) de la certification forestière FSC, en substitution à la certification PEFC. Je ne veux guère entrer dans le débat des critères techn...
    0 J'aime
Voir d'autre commentaires

Un Etat entraîneur

Les politiques ne cessent de le répéter : il faut protéger les français. L'Etat protecteur a pris la relève de l'Etat providence, mais en fin de compte, l'idée est toujours la même : les citoyens sont sous tutelle, ils sont vulnérables, et sans l'Etat ils ne sont pas grand chose... Ce serait plutôt l'inverse. Sans les citoyens, l'Etat n'est rien.

L'éolien a le vent en poupe

13 GigaWatts. C'est la puissance installée en éoliennes (sur terre et sur mer) en 2015. Malgré les difficultés et les incertitudes liées à toute innovation technologique, c'est donc l'équivalent d'une dizaine de réacteurs nucléaires qui sont installés en Europe chaque année, un de plus en 2015 qu'en 2014. Le solaire photovoltaïque n'est pas en reste avec 8 Gigawatts raccordés en 2015, soit +15% par rapport à 2014. D'une manière générale, la transition est en marche : Les énergies renouvelables ont représenté 77% des nouvelles installations en 2015 : 22,3 GW sur 29 GW. Comme par ailleurs, le prix de revient du solaire photovoltaïque baisse plus vite que les prévisions le laissaient espérer, le temps est proche où il sera compétitif sans aide publique. Une nouvelle ère s'annonce pour l'électricité. Il restera les autres énergies, notamment pour la chaleur et la mobilité. La biomasse sous toutes ses formes progresse également, bois et biogaz en particulier. Malgré la chute du prix du pétrole, rien n'arrête les renouvelables en Europe et dans le monde. Le progrès est en marche, sans CO2 ni déchets nucléaires.

Source : L'actu Eolien du 9 février et L'actu PV du 11 février 2016.

Edito du 17 février 2016

Commentaire (1) Clics: 682

Les commentaires récents

  • Invité - Yves Poss

    Bonjour, La biomasse progresse plus par la consommation, par les besoins actuels ou en projet des chaudières individuelles, collectives ou industrielles, voire par les installations de co-génération (ou, hélas, de production d'électricité avec un rendement dérisoire), que par la collecte et la mobi...
    0 J'aime
Voir d'autre commentaires

L'heure de vérité

Les pollueurs ont la vie dure, et de bons lobbys, en France et en Europe. Le scandale des logiciels truqués pour évaluer la pollution des voitures a mis en évidence, au-delà de la fraude, la carence du système d'homologation, bien loin des conditions de circulation réelle.

Les limites de la répression

Deux années consécutives de hausse des tués sur la route, on n'avait pas vu ça depuis longtemps. Il y a des explications conjoncturelles, liées au climat ou à des évènements qui influencent la circulation, mais nombreux sont ceux qui regrettent une évolution des comportements.