Au pays du pollué-payeur

C'est une sorte de rapport sur l'état de la France qui vient d'être rendu public le 14 juin au Conseil national du Bruit, juste avant celui du CESE. Le bruit reste la première nuisance ressentie par les français, et constitue un véritable marqueur de la qualité de vie. Nous apprenons dans une étude du cabinet EY que le bruit coûte très cher aux français, près de 60 milliards d'euros, et avec des hypothèses prudentes.

Nous sommes dans les mêmes ordres de grandeur que la pollution de l'air, les accidents de la route, le tabac. Des sommes lourdes payées par les victimes pour l'essentiel. Elles ne sont pas portées au déficit de l'Etat, mais de la maison France et de l'ensemble de ses citoyens. La "règle d'or" ne les concerne pas, ni le deficit de 3% admis par l'Union Européenne pour les dépenses publiques. C'est sans doute pour cela que nos grands argentiers laissent enfler cette charge démesurément, avec derrière un cortège de douleur, de stress, de perte de productivité, et évidemment de dépenses de santé. Comme les autres fléaux, les conséquences du bruit sont protéiformes. Elles ne sont pas qu'auditives ; elles touchent notre vie personnelle, notre vie professionnelles, nos relations avec les voisins, la sérénité des familles, notre sommeil, notre santé, notre qualité de vie en général. Les performances de la maison France et le moral des Français s'en ressentent durement. Selon la loi, adoptée au printemps 2015, pour "la prise en compte de nouveaux indicateurs de richesse dans l'évaluation et la définition des politiques publiques", les indicateurs de qualité de vie doivent être présentés au Parlement en "lever de rideau" des débats budgétaires. Il serait temps qu'ils soient sérieusement pris en compte.

Edito du 15 juin 2016

Commentaire (0) Clics: 654

Débarquement et dépendance

Il y a deux jours, nous fêtions le 6 juin 1944, jour du débarquement, point de départ de la libération. Une semaine auparavant, c'était le jour de la dépendance que nous fêtions tristement. La dépendance au poisson.

Le soleil sur les toits

Après Paris et Lyon, Brest Métropole vient de créer un "cadastre solaire". Chacun peut ainsi trouver les informations sur le potentiel de son toit. Une étape intéressante vers une sorte de "bilan de compétence" d'un territoire, utilisable par chacun de ses habitants pour ses propres projets.

Nouveau paysage

Un nouveau paysage politique se met en place. La confrontation inédite, en Autriche, d'un écologiste et d'un candidat de l'extrême droite, est révélatrice.

Recette pour un échec

De nos jours, les grands projets de réforme sont affichés avec une préoccupation dominante : faire des économies. C'est la meilleure recette pour un échec, et cela pour deux raisons. La première est d'éveiller, ou d'exacerber, la méfiance. Chacun est sur la défensive, son pré carré.

Les commentaires récents

  • Invité - Boureau Pascal

    Je partage totalement ton analyse mon cher Dominique.. Si on expliquait clairement et posément les enjeux des réformes nécessaires pour le mieux être de nos concitoyens, nous pourrions passer de la défiance à la confiance et nous orienter enfin vers une société tournée vers la sobriété heureuse ! Am...
    0 J'aime
Voir d'autre commentaires