Où est la création de richesses ?

Il est largement admis que les seuls emplois qui comptent, qui créent de la richesse, sont les emplois marchands. On ne parle que de réduire le nombre de fonctionnaires, et les emploiis aidés font l'objet d'un mépris manifeste. Un raisonnement bien sommaire et souvent définitif, qui mérite au moins une réflexion, si ce n'est une critique. La quantité de richesses qui se créent chaque jour dépasse de beaucoup la production marchande. Et heureusement !

De la pénurie à l'abondance

Le spectre de la pénurie reste une crainte largement partagée. Elle provoque un réflexe d'accumulation, qui à son tour accentue le risque de pénurie. Une spirale bien connue, qui va à l'encontre d'une consommation responsable. La peur de manquer est parfois justifiée, mais c'est de l'autre côté qu'il faudrait se faire du souci, du côté des rejets. En matière d'énergie, notamment, bien que nous soyons toujours en recherche de nouvelles sources, nous sommes dans l'abondance.

Un bon signal

L'accord de Paris signé à l'issue de la COP21 va entrer en vigueur. Les conditions à remplir viennent d'être réunies, avec la ratification de l'Inde et de l'Union Européenne. C'est un bon signal, même si l'accord n'est pas vraiment contraignant. C'est la première fois dans l'histoire de ce type d'accord que la ratification est si rapide, moins d'un an !

Une croissance revue et corrigée

Parmi les détracteurs du développement durable, il y a ceux qui ne croient pas au "double dividende". Pour réduire la pression de l'humanité sur la planète, il faudrait qu'elle consomme moins, qu'elle se serre la ceinture, en termes populaires. Ils refusent l'idée selon laquelle une croissance du bien être est compatible avec la réduction de nos prélèvements, grâce à la nouvelle forme que le progrès doit revêtir, faire plus avec moins, donner du plaisir à base de génie humain plus que de matière.

Illusions d'optique

Le discours dominant ne traite pas forcément des sujets les plus importants. ça peut être amusant quand on voit la place des faits divers dans l'actulaité, ou la "peoplelisation" de la vie politique, mais méfions-nous des dérives dans d'autres domaines. "Un train peut en cacher un autre" se décline dans la hiérarchisation des préoccupations, avec parfois des conséquences fâcheuses.