Argent, Economie et PIB

Boucle

Il pourrait s’agir des belles boucles d’or de vos charmants bambins, et alors je vous renverrais à Shampoing, mot abordé en février. Parlons plutôt des boucles comme mode de fonctionnement, comme un cinéma permanent. 

Le développement durable passe souvent par des boucles, c’est à dire des circuits courts, que l'on arrive à contrôler et à exploiter. On aurait pu aussi partir du mot « cycle », c’est à peu près la même chose, avec le mot recyclage qui est toujours un best seller du développement durable.



Prenons un exemple précis, pour bien illustrer l’intérêt des boucles, quand celle-ci sont vertueuses. Il s’agit des autobus de l’agglomération Lilloise. Une partie d’entre eux fonctionnent à présent au gaz. Le gaz naturel est un bon combustible, très efficace et peu polluant, mais c’est quand même du méthane et donc du carbone qui est déstocké, et renvoyé dans l’air à l’issue du cycle de combustion. Une solution est de récupérer des gaz qui seraient partis dans l’atmosphère de toutes façons, et de les faire passer par un moteur avant leur départ pour les grandes altitudes. C’est la valorisation de déchets organiques qui permet d’amorcer la pompe. Les déchets organiques sont récupérés et le gaz issu de leur fermentation(bio gaz) est envoyé au garage tout proche des autobus. Cet apport représente la consommation d’un autobus sur six, et à des coûts d’exploitation comparable aux pratiques courantes. Et comme les déchets sont acheminés par des barges sur un canal, on arrive à un bilan écologique vraiment intéressant. Ce n’est pas fini, un projet de même ordre est en cours de réalisation, ouverture en 2008, avec les boues des stations d’épuration. Un autre bus sur six fonctionnera avec ce gaz.

Un bémol, cependant. Les dépôts des bus, avec cet approvisionnement en gaz de valorisation, en « bio gaz », sont excentrés. Comme les unités de valorisation organique des déchets, les nouveaux ateliers d’entretien des autobus qui leur sont associés sont à l’écart, pour des raisons techniques, et ils ne sont pas desservis, comme ceux du centre, par des transports en commun. Il faut bien que les conducteurs viennent en voiture prendre le bus qu’ils vont conduire, et cela entache le bilan. Il faudra donc un « plan de mobilité d’entreprise » pour réduire cet inconvénient, en favorisant le co-voiturage, des systèmes de ramassage adaptés à ces nouveaux sites. Ce sera l’occasion d’un autre développement, à l’occasion d’un autre mot.

Notons quand même que ces pratiques, de récupération de bio gaz, n'est pas exceptionnelle, si l'on regarde au dehors de nos frontières. Elles ont une tendance à se multiplier, et ont été testée dans des quartiers pilotes du développement durable. Prenons deux exemples en Suède pour illustrer ce propos : le quartier d'Hammarby à Stockholm, qui s'est donné pour objectif d'utiliser 80% de l'énergie issue des déchets et des eaux usées, sous forme de bio gaz pour la production de chaleur et pour alimenter les bus de la ville ; le quartier Bo01 (qui rappelle l'an 01 dans son titre) à Malmö, où la régénération des déchets produit plus de 200kWh par habitant et par an, c'est à dire ce qu'il faut pour éclairer chaque logement chaque soir de l'année (à raison de 7 ampoules par logement).

Chronique publiée le 17 mars 2006

 

Mots-clés: ressources, énergie, déchet, économie circulaire

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé