Culture, valeurs

Anticipation

La question de l'anticipation est au coeur de l'actualité. La COVID illustre parfaitement la difficulté de cet exercice, pourtant vital. Elle l’est aussi pour la lutte contre le dérèglement climatique ou la chute de la biodiversité.

Manifestement, l'opinion et de nombreux acteurs, professionnels, culturels, etc., ne réagissent qu'au moment où la crise se révèle dans toute son ampleur. C'est à dire trop tard. Les dangers qui nous menacent sont pour beaucoup prévisibles, et peuvent être évités si les bonnes décisions sont prises en amont, avant que la dynamique du fléau, quel qu’il soit, ne devienne trop puissante.
Prenons le cas de la covid. Bloquer, ou freiner la diffusion d'un virus sera d'autant plus difficile que les mesures de prévention seront tardives. Mais toute décision précoce apparait comme venue d'en haut, prise par des experts qui se trompent toujours ou des politiques qui veulent se faire mousser. La prévention est toujours compliquée, d'autant que, si elle fonctionne bien, les dégâts évités n'apparaissent pas. Si tout le monde suit les conseils de Bison futé, les embouteillages disparaissent et on se demande à quoi peut bien servir Bison futé, pour ne prendre qu'un exemple trivial. L'exercice est encore plus délicat quand la source du danger est mal connue, ce qui est le cas avec la covid, être étrange, venu d'ailleurs, et dont on ne connait pas bien le comportement. Les querelles d’expert donnent du grain à moudre aux sceptiques, et le caractère exceptionnel des mesures préconisées leur confère inévitablement un parfum d’atteinte aux libertés.
Le réchauffement climatique est du même tonneau. Il progresse inexorablement, mais ses effets commencent juste à se faire sentir. Ce n’est plus pour des générations futures indéterminées, mais pour nos enfants et petits-enfants, déjà nés et faisant l’objet de notre sollicitude. Phénomène complexe, le dérèglement se combine avec la météo et ses caprices, et avec les fluctuations ordinaires du climat. Le besoin d'anticiper est évident, mais les efforts à consentir pour cela semblent toujours excessifs et ils peuvent attendre. Même si les scénarii les plus pessimistes du GIEC semblent se confirmer, chacun est attaché à son mode de vie, et rechigne à en changer. Le caractère cumulatif (fonte du permafrost, disparition de la calotte polaire, etc.) et l’emballement qui en résultera n’entrent pas dans notre logiciel.
Idem pour la biodiversité, dont la richesse, notre capital nature, s'effrite en permanence pour atteindre des niveaux alarmants. Les phénomènes lourds s'annoncent, mais la tendance à remettre à plus tard les mesures qui s'imposent reste forte. L'anticipation est par nature abstraite, elle demande une culture qui se construit dans la durée. Dans un monde qui évolue rapidement, où de nombreuses certitudes tombent, où nous ne savons plus où est la vérité, existe-t-il même une vérité ?, le message des prospectivistes a bien du mal à trouver sa place. L'anticipation pour éviter un malheur est toujours mal perçue, contestée, et souvent compromise par de mauvaises réactions de l'opinion et de quelques esprits forts.
Il faut donner à l'anticipation des perspectives attractives. L'effort non pas pour éviter le pire, mais pour accéder au mieux. Le développement durable est une promesse d'un avenir meilleur pour l'humanité, mais le discours dominant ne la met guère en avant. Il s'appuie sur les dangers qui nous menacent. Le changement demandé n'est pas pour vivre mieux, mais pour éviter de vivre moins bien. Il y a mieux pour motiver les troupes.
Pour la Covid, il est bien difficile de trouver du positif dans les efforts de confinement et de fermeture de lieux de convivialité. Seule une confiance dans les pouvoirs publics et les experts pourrait aider à accepter l'effort demandé, mais nous savons que cette confiance est défaillante, et qu'elle ne se reconstitue pas en un jour. Mais pour les risques liés au changement climatique et la biodiversité, l'épuisement des ressources naturelles, la peur du lendemain est un bien mauvais argument. Elle est porteuse d’angoisse et de paralysie, tétanisés que nous sommes devant l’ampleur du changement à engager. Une autre démarche est de mettre en avant les motifs d’espoir, et des perspectives de sortie « par le haut » de nos contradictions. Nous savons qu'il est tout à notre portée d'allier bien-être des humains et prospérité de la planète, l'un ne va pas sans l'autre d'ailleurs. C’est la promesse du développement durable, hélas bien peu audible sur fond de discours catastrophiste. L’anticipation en donnant envie du futur, c’est autrement plus efficace que l’anticipation en en faisant peur.

Mots-clés: précaution, risque, progrès, citoyen

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé