Skip to main content

Local et global, même combat

Dans notre univers mondialisé, le besoin est grand de maitriser un tant soit peu son propre avenir, son environnement immédiat, et tout ce qui fait la vie « ordinaire », à défaut de comprendre et de pouvoir influencer l’extraordinaire. C'est probablement la crainte de ne plus rien contrôler qui conduit au phénomène de repli sur soi, de refus des autres, de peur de l'avenir que nous observons dans de nombreux pays, en Europe en particulier. La réponse est sans doute dans une redistribution des pouvoirs, de manière à redonner de l'importance aux territoires. Local et global sont complémentaires, et ne s'opposent pas comme on pourrait le croire. Le malheur est que tout donne l'impression que le global écrase le local. La recherche de grandes unités de gestion (disparition des petits hôpitaux, grandes régions, fusion des cantons, fusions de communes, et pour celles-ci perte de contrôle partiel sur leurs fiscalité, etc) éloigne les centres de décision des citoyens, ce qui accentue le sentiment d'impuissance. Plus que la perte d'identité, c'est l'absence ressentie de pouvoir sur sa vie quotidienne qui crée le malaise et la méfiance vis à vis des "experts" et de la "France d'en haut", qui donne l'impression de tout contrôler. La réforme constitutionnelle en préparation pourrait bien accentuer cette impression, en diminuant notamment le nombre de parlementaires. Elle pourrait à l'inverse être l'occasion de redonner tout leur poids au territoires, en affirmant le pouvoir des élus locaux sur la vie quotidienne et la proximité, et en favorisant les circuits courts et l'économie locale. L'égalité des citoyens ne doit pas empêcher la diversité, qui ne peut s'exprimer que si le carcan des institutions est assoupli, et si l'Etat accepte de faire confiance aux responsables territoriaux. La foi dans l'avenir est nécessaire pour explorer les voies nouvelles du développement durable. Elle se forge à l'usage des responsabilités exercées, et se dilue au fur et à mesure que celles-ci sont grignotées et affaiblies. Le "global" ne sera fort que si le "local" l'est aussi.
  • Vues : 1119

Ajouter un Commentaire

Enregistrer