Skip to main content

La qualité ne se cloisonne pas

Pour qu'elle soit une réussite, la rénovation doit porter sur toutes les dimensions de la qualité du logement. Le message est clair, et ce n'est pas la première fois qu'il est publié.  Cette fois-ci, c'est un sondage IPSOS réalisé pour Qualitel et présenté le 25 septembre dernier qui l'affirme. Les attentes ne portent pas sur le climat, mais sur le confort et la qualité de vie. Le climat, bien sûr, tout le monde est conscient des enjeux, mais c'est bien loin de nos préoccupations quotidiennes. Et pourtant, tout le discours de l'Etat est concentré sur le climat, tant pis pour les préoccupations des principaux intéréssés, les occupants de ces logements à rénover. Comment voulez-vous, dans ces conditions, obtenir une véritable adhésion à la transition écologique. L'absence d'écoute, la non prise en considération des besoins exprimés et des attentes, voilà des pratiques que nous pensions dépassées, mais qui sont encore bien vivaces dans notre administration, surtout quand elle se sent en charge d'une mission de salut public. Le discours classique consiste à "mettre l'Homme au centre des projets". Il semble bien que ce soit bien difficile pour des spécialistes qui mettent leur spécialité au centre des projets. Les humains, principaux intéressés, n'auront qu'à suivre. Ca ne se passe pas comme ça, et ce mode de fraisonnement conduit inévitablement à des résistances, et au moins à une passivité, là où il faudrait de l'adhésion et de l'enthousiasme. Dommage, car au lieu de gagner du temps dans cette course contre la montre du changement climatique, nous en perdons et rendons la cause impopulaire.

Edito du 3 octobre 2018

  • Vues : 1156

Ajouter un Commentaire

Enregistrer