Skip to main content

Jour de bonheur

Il y a beaucoup à fêter le 22 mars, le printemps et le mouvement éponyme, par exemple. Préférons leur le bonheur, à l'occasion de la "journée mondiale du bonheur", instituée par l'ONU en juin 2012, et qui est fixée au 20 mars. Il ne s'agit pas d'un avatar du "grand soir", mais d'un rappel fort utile. C'est un objectif politique qui est porté par l'organisation mondiale : dépasser le PIB quand il s'agit d'évaluer le véritable niveau de développement d'un pays.

La commodité a souvent conduit à assimiler bonheur et activité, laquelle permet à la fois de produire et de consommer. C'est comme le capital immatériel pour les entreprises. Il ne figure pas au bilan, mais l'avenir dépend largement de la mobilisation des personnels, de la fidélité des clients, la qualité du management et de bine d'autres "capitaux" immatériels. Le bonheur au travail est un fameux facteur de productivité. Le bonheur permet de voir large, d'entrer dans la richesse des relationss sociales, des modes de vie, des cultures. Il invite à sortir d'une approche purement numérique et quantitative des choses de la vie, pour faire une part à la qualité, qualité de la vie notamment. Le Bouthan s'est rendu célèbre en instituant le Bonheur national Brut comme indice de sa situation et de ses progrès, et de nombreux pays ont ouvert le chantier de l'élargissement du PIB à d'autres paramètres, tels que le niveau scolaire ou la santé. Des indicateurs fleurissent à ce sujet, comme le HPI, Happy Planet Index. Il faut mesurer ce qui compte, pour reprendre le titre d'un rapport de l'IFAW publié à  cette occasion. La journée mondiale du bonheur vient avec le printemps, temps du renouveau, mais les lois de la nature ne suffiront pas à la faire prospérer sans une bonne dose de volonté et de détermination. Le bonheur ne tombe pas du ciel !

 

Edito du 22 mars 2017

  • Vues : 1316

Ajouter un Commentaire

Enregistrer