Skip to main content

Je me suis trompé de manifestation

Il m'avait semblé que les 4 millions de manifestants du dimanche 11 janvier demandaient plus de convivialité, de fraternité, de respect et de compréhesion mutuelle. Le vivre ensemble. Il m'avait semblé que ces 4 millions proclamaient qu'ils n'avaient pas peur. Un vrai bonheur. Résultat ? Une démonstration de force, de la police et des gendarmes partout, le maintent des effectifs militaires, et une baisse des subventions aux associations. Le moment est délicat, il faut geler toute tentative de contagion, pour que le terrorisme ne s'étende pas dans une réaction en chaine. Mais ne peut-on pas le faire de manière discrète, car nous savons bien que le déploiement de forces rend le danger plus présent, et finit pas provoquer ou intensifier la peur, jamais loin dans ce type de circonstances. Créer des lieux ou des occasions de rencontre, d'échanges, de brassage, telle est la condition première du "vivre ensemble", pour permettre à chacun d'apprécier les différences, au lieu de les craindre. Se rencontrer et parler pour éviter les malentendus. le contraire du repli sur soi, sur sa communauté, bien à l'abri d'une protection militaire.

Edito du 21 janvier 2015

  • Vues : 1448

Ajouter un Commentaire

Enregistrer