Skip to main content

De l'enthousiasme, plutôt que la peur

L'OMS vient encore de produire des chiffres alarmants sur la qualité de l'air. Il a forcément raison, mais il ne va pas manquer de bons apôtres pour rétorquer : et l'économie, alors, la croissance ! C'est là la priorité d'aujourdhui, On verra plus tard pour l'environnement. C'est évidemment une grave erreur de raisonnement. On ne sort de la crise que grâce à une dynamique sociale, pour ne pas dire sociétale, qui seule peut bousculer l'orde établi, et ouvrir des persepctives. La restauration de la qualité de l'environnement, qu'il soit local ou planétaire, n'est pas une contrainte mais un objectif ambitieux propre à soulever l'enthousiasme, pour peu que le discours abandonne la référence permanente à la catastrophe immanente.

 

Edito du 2 avril 2014

  • Vues : 1556

Ajouter un Commentaire

Enregistrer