Skip to main content

Les bons comptes

Les Nations Unies changent de cap. Il s'agit de la lutte contre la drogue. La lutte frontale contre le trafic et les trafiquants serait un échec. 1000 milliards de dollars y consacrée chaque année, alors que le "chiffre d'affaire" du trafic serait de l'ordre de 300 milliards. Il vaut mieux orienter l'action vers des politiques de prévention et de santé publique, de prise en charge des victimes. Sans doute une révision est-elle nécessaire, puisque la consommation de drogue de faiblit pas. Mais on ne peut se satisfaire des chiffres annoncés. L'argent investi contre ce fléau ne peut être comparé au niveau du marché de la drogue, mais aux dégâts provoqués. Combien coutent-ils, aux personnes et à la collectivité ? Combien de vies gachées, de sociétés minées de l'intérieur, et combien ces drames coutent-ils, si on les transpose en argent sonnant et trébuchant ? Cette évaluation monétaire est bien sûr imparfaite et partielle, mais elle donne un chiffre à mettre en face des 1000 milliards de dollars investis. C'est pareil pour l'environnement. On compare l'argent public investi aux chiifres d'affaire des entreprises spécialisées dans la prévention ou la réparation, alors qu'il faudrait établir un lien avec le coût du dfaut d'environnement. La pollution de l'air et le bruit, par exemple, coutent des dizaines de milliards d'euros chaque année. Bien peu de chose par rapport à l'argent consacré à maitriser ces nuisances...

Edito du 27 avril 2016

  • Vues : 1368

Ajouter un Commentaire

Enregistrer