Skip to main content

La démocratie dans les entreprises à l'épreuve

Les assemblées générales actionnaires parlent, cause toujours ! Les conseils d'administration ne se sentent pas tenus de les entendre. Il s'agit de la rémunération des digeants, souvent une affaire de millions d'euros. Une affaire sérieuse, réservée aux seuls dirigeants.

 La loi a introduit progressivement ce sujet dans la démocratie des entreprises. Autrefois condifentielle, la rémunération des patrons est présentée aux assemblées générales, pour une délibération consultative. Le montant élevé de ces rémunérations fait de plus en plus l'objet de contestations, au pointqu'il est devenu l'objet d'un vote négatif dans quelques sociétés. Le seul vote négatif ! Cela n'empêche pas les gens sérieux, ceux du conseil d'administation, composés en partie d'autres dirigeants, de passer outre et de retenir le montant initialement prévu. La démocratie dans l'entreprise semble avoir des limites. Ce n'est pas comme ça que les patrons se rendront populaires, d'autant que cette manière de faire, que les médias diffusent abvondamment, rejaillit sur l'ensemble des patrons, dont une grande partie se serre la ceinture pour permettre le développement de leur société. La "bonne gouvernance" commence par l'engagement de la direction, nous apprend la théorie du management responsable. On est loin du compte !

Edito du 4 mai 2016

  • Vues : 1252

Ajouter un Commentaire

Enregistrer